vendredi 18 mars 2016

Vers l'infini (le couloir) et au delà (le bureau)(ou la salle de bain)

Il n'y a pas si longtemps, Grabouille soufflait sa première bougie. Même qu'on a remis ça plusieurs fois (parce que tu comprends, on est pas peu fier d'avoir un enfant qui grandit) dont la dernière en invitant cousins, oncles/tantes, papis/mamies...
(Et puis parce qu'après tout ce temps passé à errer sur Pinterest, j'avais très envie de laisser exploser mes talents d'organisatrice de birthday party.)

Et c'est à croire que pour Grabouille, cette petite fête magnifiquement décorée (bah quoi ?) a été vécue comme un rite de passage, un cérémonial.
Avant, c'était un bébé avec 2 dents, qui se déplaçait à 4 pattes et  qui appréciait quand on lui donnait à manger à la cuillère.

Après... Ben c'est un peu la course à ce qui le fera grandir le plus vite.

- Faire ses premiers pas (et enchaîner les 1000 suivants) : la maison (tout du moins le RDC) n'avait plus de secret pour lui depuis qu'il se déplaçait à quatre pattes, mais la marche ouvre l'accès à l'escalier, par là même au premier étage Elle ouvre aussi sur ce monde inconnu qu'est l'extérieur : la terrasse (et son escalier), le jardin, la rue...
Bref, sitôt les premiers pas chancelants accomplis, l'assurance et l'aisance se sont installées très vite. Bien plus vite que mon stress (qui n'a pas traîné ceci dit) (faut dire qu'il y a plus serein qu'une maison avec un escalier sans garde fou, sur lequel il est donc IMPOSSIBLE de fixer une barrière...).

- Manger tout seul (et s'imposer comme le nouveau décorateur intérieur lançant la mode des taches de couleurs sur les murs blancs) : étonnamment, viser la bouche avec la cuillère est assez aisé pour cette petite main. Moins étonnament, ladite cuillère arrive souvent... peu remplie. On ne peut pas utiliser de la purée pour repeindre les murs ET se nourrir. C'est l'un ou l'autre. Mais ça, Grabouille ne l'a pas encore tout a fait compris.

- Percer  4 dents d'un coup (lui qui plafonnait à 2). A priori, il a du se dire que quitte à avoir mal, autant que ça vaille le coup. Mais 4 dents en même temps, c'était peut être beaucoup. En tout cas, ça l'est pour nos nuits qui sont plus que mauvaises, ponctuées par les hurlements de douleur de ce petit homme.
Comme quoi, c'était possible de faire PIRE en terme de nuits pourries : on peut faire les nuits Super-pourries.





Le temps passe donc à une vitesse folle, mon tout petit bébé commence à déployer ses ailes (bon, il n'a pas encore quitté le nid)(bien que parfois, la nuit, c'est une idée qui me plait assez...), et tout ça me rappelle à quel point il faut graver dans sa mémoire tous ces instants !

PS : Le blog n’est ni en pause, ni à l'abandon. C'est juste que les nuits trop courtes ont raison de moi et que je me couche parfois à 20h45. (Non, je n'ai pas honte. Je suis juste FA-TI-GUEE)
PS2 : Mais j'ai bien l'intention de revenir, parce que j'ai plein de chose à raconter ! Et à défaut de me lire, tu peux me suivre sur Instagram @lilmumvidesonsac, ou aussi depuis peu, sur Snapchat @lilmumvss (là, je raconte plein de trucs ;-)


2 commentaires:

  1. 4 dents d'un coup, c'est ce qui s'appelle ne pas y aller de main morte !

    Bon courage pour les nuits, je sais que quand elles sont très difficiles, la fatigue est dure à supporter, même si pour moi les nuits super-pourries datent maintenant, il y a encore quelques mois je pouvais avoir à me lever 5-6 fois :o

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se relever autant de fois, on a eu notre période aussi !! pfiou c'est pas toujours évident, surtout quand ça dur !!
      On dormira plus tard, en attendant, on tente de se reposer comme on peut !!

      Supprimer

Pour remplir mon sac, c'est par ici !