jeudi 24 mars 2016

Le ménage de printemps


Les hirondelles, les bourgeons, les fleurs… Et une irrésistible envie de tout ranger, trier, classer, jeter ! Pas de doute, le printemps est là !
Armée de bonne volonté (et pour le moment, de bonne humeur)(si, c’est important de le préciser. Parce qu’autant lever tout de suite le suspense : elle ne va pas rester, cette bonne humeur !), on commence donc ce fameux ménage de printemps.

Le tri :

En une année, tellement de choses s’accumulent qu’il faut commencer par faire place nette. Alors on trie vêtements, jouets, objets divers et variés avec pour objectif de les apporter à Emmaüs.
Et puis finalement, on se dit que cette petite robe, on finira bien par rentrer de nouveau dedans un jour (douce rêverie. Ou vain espoir).
Et les jouets, alors remisés au fond du placard depuis 3 ans, redeviennent les préférés des enfants qui ne veulent plus s’en séparer.
Quant à la statue qui prend la poussière, bien qu’elle soit moche/cassée/inutile, c’est un cadeau de Tata Josie et on ne jette pas les cadeaux. C’est mal poli.
Au final, on ne va pas faire du tri, c’est trop compliqué. On s’y mettra l’année prochaine. Vraiment.

Le rangement :

La maison n’est pas en bordel (enfin un peu quand même), mais on va tenter d’optimiser le rangement : chaque chose a sa place, chaque place a sa chose.
Pendant des heures, on va déplacer la poussière, éternuer, poser à un endroit pour remettre au même endroit par la suite.

Au final, on se dira que le rangement n’était déjà pas si mal (en vrai, il ne l’est pas, mais tout ranger en vrac dans le premier tiroir, c’est bien pratique). On s’y mettra l’année prochaine. Vraiment.

Le ménage :
Certes, on n’a pas trié tant que ça. Ni réorganisé grand-chose.
Mais on va faire le ménage. Et on va le faire bien. La serpillère est déjà prête, reste juste à passer l’aspirateur. Dont le sac est plein à craquer. Sac que tu n’as plus (ou que tu ne trouves plus tellement tout est bien rangé).
La perspective de se rendre au centre commercial le plus proche, un samedi en fin de journée, achève la motivation qui t’habitait en ce début de journée, pourtant prometteuse d’un renouveau dans ta maison.


Bref, il est 19h, ta maison ni n’est plus rangée, ni plus propre qu’hier, mais toi, tu es vidée, lessivée de l’intérieur, comme si finalement le ménage de printemps n’était qu’un concept à prendre au sens figuré.
 

2 commentaires:

  1. J'ai appris à me fixer des objectifs raisonnables car il faut compter sur l'accès de flemmingite aigüe du week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, il faut que ça soit raisonnable ... Mais bon, je ne suis pas raisonnable, c'est souvent tout ou rien avec moi !!

      Supprimer

Pour remplir mon sac, c'est par ici !