mercredi 9 novembre 2016

Vous avez l'heure, s'il vous plait ?

Voilà une question qu'on entend de moins en moins. Si tout le monde ne porte pas de montre, presque personne ne vit, ne sort sans son téléphone, et consulte donc l'heure dessus.

Je suis de ces personnes qui ne portent pas de montre. J'en ai une jolie collection, mais les piles de chacune se sont arrêtées, et je n'ai jamais pris le temps de les changer. J'ai donc habillé mes poignets de bracelets en tout genre et me suis contentée de mon téléphone pour consulter l'heure...



Jeudi dernier, je suis allée découvrir, l'enseigne Tempka qui a une boutique à la Toison d'Or (à Dijon). Si je passe bien souvent devant, je ne me suis jamais arrêtée devant la vitrine et j'ai encore moins pris le temps de rentrée dans cette boutique. Et pourtant...

Lil'Mum vide son sac. Oui, mais lequel ????

Toute l'équipe de Dijon ainsi que plusieurs membres des autres boutiques nous ont accueillie (je dis nous parce que j'y suis allée avec d'autres blogueuses dijonnaises ;-) ), et nous ont présenté l'enseigne.
Tempka propose des articles d'horlogerie et de maroquinerie.Si l'association interpelle de prime abord, l'explication est simple et somme toute logique : les montres comme les sacs sont des accessoires désormais. Il est révolu le temps des intemporelles qu'on gardait, ceux qu'on portait avec tout, de tout temps. Aujourd'hui, on accessoirise nos tenues, on assortit nos bijoux, on rappelle les couleurs, les matières... Alors bien souvent, on a plusieurs montres ou sacs.

Autre gros coup de coeur, ce sac Lancaster, modèle Adèle


Tempka propose des marques classiques, connues, mais également des moins rependues, plus confidentielles. Par exemple, du côté de la maroquinerie, on va retrouver de l'Emporio Armani, ou Lancaster et pour les moins répandues les marques telles que Liu Jo. Côté horlogerie, on se fera plaisir avec les Ice Watch ou encore les Daniel Wellington... J'ai craqué sur certains modèles de Fossil et j'ai eu la chance que la boutique m'offre l'un des modèles de la marque Olivia Burton, une bien belle découverte et un énorme cruch !!!

Montre Olivia Burton

Montre Fossil


Noël approchant, c'est une boutique dans laquelle vous pourriez trouver de jolis cadeaux (pour vos proches, ou bien même pour vous !!), et pour vous faire plaisir, vous bénéficiez de -12% sur vos achats, jusqu'au 31 décembre avec le code TEMPKAAURELIE, valable dans toutes les boutiques Tempka et également sur leur e-shop Tempka.com



Sac LIU JO

lundi 12 septembre 2016

L'éternel recommencement



La rentrée.

Sans surprise, mon fils n'a été inscrit à la cantine, au périscolaire et aux NAP que 2 jours avant la reprise. J'étais presque hors délais pour qu'il soit accepté pour le déjeuner du premier jour...


 YoungerTV running wall hit tv land

On a été acheter ses affaires la veille. Et on n'était pas tout seul face aux rayons, avec nos listes entre les mains. Listes sur lesquelles sont parfois nommés des objets que tu sais même pas que ça existe. Mais la maîtresse elle le veut quand même. Et puis histoire de te faciliter la tâche, elle a ses exigences.

I hate you
Tu sais ce que c'est un porte vues ? Moi non. Enfin si, maintenant je sais. Mais encore faut-il trouver celui-de-la-liste, avec 30 affichages précisément. 

Le jour même, on a oublié plein de trucs. Mais pas le gel dans les cheveux pour la rituelle photo de rentrée. On a juste oublié de la faire cette photo.

https://media0.giphy.com/media/zw0GzpmwlyfPG/200.gif

Une chance qu'on ait pas oublié de se lever, remarque.


 https://media2.giphy.com/media/RoIWYzZNK0toY/200.gif

Bref, la rentrée est arrivée, nous replongeant dans le bain du quotidien qu'on était parvenu à mettre de côté le temps des vacances.

Bonne reprise et surtout, tenez bon !

http://www.reactiongifs.com/wp-content/uploads/2013/08/tired.gif










jeudi 9 juin 2016

Je t'aime un peu, BIJOU, à la folie...

J'adore les bijoux.
J'aime qu'ils puissent changer le style d'une tenue. J'aime qu'ils soient uniques.
J'ai beaucoup de bijoux dits "fantaisie", mais j'ai également des "vrais" bijoux.
Offerts par ma famille ou par l'amoureux lors de mes 18 ans, puis de mes 20 ans et de mes 25 ans aussi. (même de mes 30 ans...). Des âges marquants, des étapes de ma vie ponctuées par des bijoux de joailliers.

Autant j'adore mes bijoux fantaisie, mes accessoires, autant mes vrais bijoux, mes intemporels sont très précieux. Pas par le prix (quoique), mais par ce qu'ils représentent, la période lors de laquelle ils m'ont été offerts ou les personnes... Ils sont simples, mais élégants. Discrets, mais remarquables.

Mardi soir, je suis allée découvrir la boutique Guérin Joaillerie qui a ouvert récemment à La Toison d'Or.




Je connaissais la marque (c'est ça, d'avoir de la chance : l'Amoureux m'offre des bijoux), mais je ne connaissais pas les collections, ni l'histoire de cette marque.

Bien qu'on soit dans une joaillerie avec des bijoux prestigieux, le sas d'entrée austère que l'on trouve dans ce genre de boutiques a disparu, permettant de rentrer librement et apprécier l'élégance et le raffinement des bijoux de cette maison qui existe depuis 47 ans.

Chaque bijou est fin, élégant. Les collections offrent un choix de styles pour tous les goûts. Certains bijoux sont plus abordables que d'autres (on est dans la joaillerie je vous rappelle), mais tous sont beaux. Ils donnent l'impression d'être uniques tant les collections se distinguent de ce qu'on peut voir classiquement dans d'autres bijouteries...

D'ailleurs la maison propose la possibilité de créer votre bijou de rêve sur mesure avec l'atelier Guérin. Je trouve ce service génial : pouvoir réaliser SON bijou. Tout choisir...
Lorsque mes parents m'ont offert une bague avec une pierre de culture, j'avais choisi la monture puis j'avais choisi la perle (la couleur des reflets, la taille) et Guérin Joaillerie m'avait monté mon cadeau. Déjà, là, j'avais adoré (pourtant je partais sur de l'existant), mais tout choisir, j'avoue que ça me plairait !

Plusieurs collaborations avec des créateurs ont donné naissance à de très belles collections, dont Alexis Mabille qui a  décliné son univers, dont la signature est le nœud, au travers de la collection Mon Ruban.
Et celle que j'adore, c'est la collection Fil Diamants de Rosée crée par Véronique Leroy.



(Je cherche une occasion pour laquelle ma famille pourrait marquer le coup en m'offrant la bague de la collection tellement j'ai craqué dessus !)


C'est en tout cas une bien agréable découverte, une enseigne et une équipe qui méritent d'être découvertes et connues ! Merci à eux pour leur accueil et pour la découverte.




Et vous alors, quel style de bijou vous aimez ?



mardi 3 mai 2016

Une hitoire de prune, de pamplemousse... de cheveux donc !

Il y a bien longtemps, je vous avais expliqué pourquoi le budget coiffeur était maintenu [article ici]. Brune à la base, je garde ma couleur "naturelle" avec parfois des pointes éclaircies, façon ombré hair.

Cependant, ce brun me durcit les traits et me donne un air fatigué (que j'ai sans doute, ceci dit).
Puisque j'entretiens mes racines tous les mois, rapport aux cheveux blancs qui semblent penser que c'est quand même vachement cool d'apparaitre en masse relativement tôt (alors que non, clairement, ce n'est pas vachement cool), je me suis dit que finalement, peut importe la couleur, autant me faire plaisir !

C'est avec l'envie de retrouver mon rouge que je me suis rendue dans mon salon de coiffure.
 
Rouge.
Le retour du come back.
 
Sauf que (sinon, ça serait trop simple...) mon brun est une base 5 et que le rouge est une base 6. De plus, les colorations successives ont laissé un surplus de coloration qui charge les cheveux (c'est en substance ce que j'ai compris des explications de ma coloriste).

Donc en l'état, mes cheveux ne peuvent pas redevenir rouges.

Après discussion, j'accepte le gommage doux de mes cheveux, permettant d'enlever l'excédant de couleur, et de récupérer une base 6.

Un café plus tard, mise au courant des derniers potins staresques par Gala, Voici and Co, je passe au bac de rinçage.

Le gommage a bien fonctionné, mes cheveux, bien que mouillés, semblent roux.

Les coiffeuses du salon, s'entendent sur le fait que cette couleur me va vraiment bien : mes yeux (bleus), ma peau (blanche comme un cul pâle) et mes tâches de rousseurs s'accordent à meeeeerveille avec cette couleur.

Et puis l'une des coiffeuses rêverait d'avoir cette couleur. Mais ça n'irait pas avec son teint. Mat.
Une autre a la sœur de la copine de son cousin qui est rousse et c'est tellement beau..
Enfin la dernière enfonce le clou et affirme que de nos jours, on ne se moque plus des roux, on ne dit plus qu'ils puent.

Alors si les roux ne puent plus, si V. rêverait d'être brune, si la cousine du frère du... (on s'en fout), je me laisse tenter.

Ce jour là, j'avais annoncé à l'amoureux qu'il retrouverait une femme sexy à la chevelure de feu. Il a donc été un peu surpris de croiser Fifi brindacier, les couettes en moins, dans son salon.

Mais ça lui a plu.

J'ai mis du temps à apprivoiser ma nouvelle couleur.



Mais après avoir refait mes racines et rallongé la couleur (avec une coloration de la gamme Olia, ref : 6.43), je me plais plutôt bien.
Coloration Garnier Olia 6.43

Les brunes ne comptent peut être pas pour des prunes. Mais les rousses, elles déchirent du pamplemousse !
(Phrase qui ne veut donc rien dire, il fallait bien que je trouve un fruit qui rime avec rousse). 


mardi 12 avril 2016

C'est l'histoire d'un mouton superstitieux qui posait trop de questions.

Habituellement, je n'aime pas les chaines qui circulent sur les réseaux- sociaux ou ailleurs. J'ai beau être superstitieuse et croire en mon horoscope, je ne renvoie jamais un copié-collé bourré de fautes à 7 personnes dans moins de 10 secondes et prends donc le risque de vivre, ainsi que mes descendants sur les 20  prochaines générations, de malheur et d'eau croupie.

Et pour le moment, je bois de l'eau fraiche et savoure mon bonheur. Merci.

Depuis quelques temps, je vois fleurir des statuts sur Facebook reprenant pas moins de 19 questions à poser à nos chers têtes blondes.
Peut être parce que je ne suis menacée de rien, peut être parce que les questions ne sont pas écrites dans un français approximatif, sans doute parce que l'opportunité de discuter avec mon grand est plaisante, je me suis lancée.
Tel un mouton, armée de mes questions et d'un stylo, j'ai commencé.

1. Quelque chose que je te dis toujours :
 - Heu... quand ?
- Tous les jours, ou même plusieurs fois par jour...
- Je sais pas trop... le matin ?
- Oui, ça peut être le matin, le soir, la journée...
- Non, la journée c'est pas possible, je suis à l'école, alors tu peux pas me dire un truc.
(A ce stade relativement peu avancé - se rappeler qu'il y a 19 questions, et qu'il n'a toujours pas répondu à cette put%*:*$ de première question - rester patiente, ne pas oublier qu'à la base, on souhaite passer un bon moment avec son enfant)
- Bon, alors le matin, oui.
- Tu me dis toujours "dépêche toi" je crois. J'ai bon ?

2. Qu'est-ce que j'aime?
- Les câlins ! Je voulais dire les cadeaux aussi, mais tu pleures toujours quand je te fais des cadeaux alors bon, ça ne compte pas. Hein ? ça ne compte pas ? sinon je réponds "cadeaux"...
- Tu réponds ce que tu penses convenir à la question, il n'y a pas de réponse juste ou fausse, il n'y a que ce que tu penses. Mais, je ne pleure pas TOUJOURS lorsque tu m'offres quelque chose, et puis je ne pleure pas parce que je suis triste, mais parce que je suis émue.
- Oui, ben tu pleures quand même quoi...

 3. Qu'est-ce que je n'aime pas?  

- Quand je ne t'écoute pas et que je fais des bêtises...

4. Qu'est-ce que je fais pour te faire rire?  -
 Heu... je sais pas... tu me fais des blagues parfois, mais elles sont pas drôles...
- ...
- Ha je sais ! des guilis ! Enfin parfois, je fais semblant de rire, c'est juste pour te faire plaisir quoi !

5. J'ai quel âge? 

-  34 ans

6. Quelle est ma taille ?  

- 38.
- Je voulais dire ma taille en hauteur, pas ma taille de vêtements...
- Ha mais je parlais de ta taille de chaussures, pas ta taille de vêtements. Je sais très bien que tu fais pas du 38, mais au moins du 100.
*reposer le biscuit que je m'apprêtais à avaler. 
** réenvisager sérieusement WW

 7. Quelles sont mes activités préférées ?  

- Manger du chocolats !
Cet enfant me voit donc comme un estomac sur pattes.

 8. Qu'Est-ce je fais quand tu n'es pas ici? 

- Tu travailles !

9. De quelle couleur sont les yeux de maman?
 - Rho, elle est nulle cette question. Y'en a encore beaucoup ?

10. Si je devenais célèbre, pourquoi le serais-je?
- Ben, t'es déjà célèbre : tu es dans les magazines !
[ rapport à ma colab dans le magazine Femmes en Bourgogne, page 24]
- Non, mais si je devenais un vraie star, est ce que je serai une actrice, ou une chanteuse...
- Ha non, c'est sûr que tu ne seras jamais une star chanteuse, tu chantes trop mal !

11. Je suis bonne à quoi?
 - A travailler ?

12. Qu'est-ce que je ne sais pas faire ?
 - Mettre ta tête dans la bouche d'un lion... Enfin si, peut être que tu sais faire, juste tu ne l'as jamais fait quoi...

13. Qu'est-ce que je fais comme travail?
 - Beaucoup de kilomètres...
(Non, je ne suis pas camionneur)

 14. Qu'est-ce que je préfère manger?
 - Du chocolat !

 15. Es-tu fière de moi ?
- Ben oui !

16. Que fait-on ensemble ?
 - Des câlins

 17. Est-ce qu'on se ressemble?
 - Bof...

18. Comment sais-tu que je t'aime beaucoup?
 - Parce que tu me le dis toujours ! (réponse avec l'intonation du pré-ado blasé...)

 19. Quel est mon endroit favori ?
 - A la maison, dans le jardin.
- Pourquoi penses tu que le jardin soit mon endroit favori ?
- Parce que tu veux toujours qu'on sorte jouer dehors, mais moi ça me saoule un peu. Mais bon, parfois, pour te faire plaisir, je dis oui, parce que j'aime bien te faire plaisir.
Un peu comme tes questions : j'en ai marre, mais ça te fait plaisir alors je réponds. On a bientôt fini ?


Oui, on a fini.
Merci mon grand de vouloir me faire plaisir...



lundi 28 mars 2016

Le changement d'heure (et son bordel)...

Montre-folle.jpg 

 ... plus communément appelé le fouteur de merde dans l'horloge biologique de tes enfants (et dans la tienne. Aussi)

Je trouve que chaque changement d'heure a son avantage et son inconvénient :
- Celui du printemps annonce des soirées plus longues mais il implique qu'on perde une heure de sommeil (et pour la marmotte que je suis, le sommeil, c'est plus que sacré)

- Celui de l'hiver... c'est donc, en toute logique, tout l'inverse.
 
 Ils ont en commun plusieurs choses ceci dit, dont le fait d'annoncer leur week-end d'action seulement quelques jours en avance (oui, certains d'entre vous sont bien organisés et vous êtes priés de ne pas trop vous la raconter et ont repéré sur leur agenda le petit logo qui va bien. Je ne suis pas comme vous - comprenez : je ne suis pas organisée).
 
Bref, la fameuse nuit du changement d'heure passe et vient le matin. Note qu'il vient plus ou moins tôt chez certains, rapport aux gosses, toussa...  
 
Et là, c'est juste le gros bordel.
 
Certaines choses ont changé d'heure toutes seules (quand ces choses sont bien paramètrées c'est bon, sinon c'est galère).
Et d'autres non.
 
Les montres à aiguilles font partie de la 2ème catégorie. Je sais que je dois tourner moi-même la molette, donc une fois que j'ai compris si on avançait ou si on reculait d'une heure, je m'attèle à la tache.
Parfois, au lieu de décaler seulement d'une heure la petite aiguille, je fais un tour complet du cadran (vu le temps que ça m'a pris de décliper la molette, autant que j'en profite).
Sur le coup, je ne vois aucun inconvénient. Mais quelques jours, voire semaines plus tard, je constate mon erreur : le changement de date se fait à midi et non plus minuit. Et là c'est re-galère pour retrouver le positionnement correct de toutes les aiguilles. Je note en mon fort intérieur (pas si fort que ça d'ailleurs) que plus jamais je ne commettrais la boulette de trop tourner les aiguilles. Ben tu peux être sûr que je recommence au changement d'heure suivant.
 
Les appareils electroménagers doivent également subir un réglage manuel. Mais je ne cherche trouve pas comment faire, alors je laisse cette lourde responsabilité à l'amoureux.
 
Parfois, je pense ne pas avoir fait le changement, alors j'avance de nouveau d'une heure. Et ça fout un sacré bazar. Parce que du coup, les objets à la bonne heure sont un retard par rapport à cet appareil/montre/autre. Et si ils sont en retard c'est qu'ils ne sont pas à la bonne heure puisqu'on a avancé.
 
Tu suis ? Non ?   
 Moi non plus.
   
Joyeuses Pâques les gens, et n'oubliez pas de changer d'heure !

jeudi 24 mars 2016

Le ménage de printemps


Les hirondelles, les bourgeons, les fleurs… Et une irrésistible envie de tout ranger, trier, classer, jeter ! Pas de doute, le printemps est là !
Armée de bonne volonté (et pour le moment, de bonne humeur)(si, c’est important de le préciser. Parce qu’autant lever tout de suite le suspense : elle ne va pas rester, cette bonne humeur !), on commence donc ce fameux ménage de printemps.

Le tri :

En une année, tellement de choses s’accumulent qu’il faut commencer par faire place nette. Alors on trie vêtements, jouets, objets divers et variés avec pour objectif de les apporter à Emmaüs.
Et puis finalement, on se dit que cette petite robe, on finira bien par rentrer de nouveau dedans un jour (douce rêverie. Ou vain espoir).
Et les jouets, alors remisés au fond du placard depuis 3 ans, redeviennent les préférés des enfants qui ne veulent plus s’en séparer.
Quant à la statue qui prend la poussière, bien qu’elle soit moche/cassée/inutile, c’est un cadeau de Tata Josie et on ne jette pas les cadeaux. C’est mal poli.
Au final, on ne va pas faire du tri, c’est trop compliqué. On s’y mettra l’année prochaine. Vraiment.

Le rangement :

La maison n’est pas en bordel (enfin un peu quand même), mais on va tenter d’optimiser le rangement : chaque chose a sa place, chaque place a sa chose.
Pendant des heures, on va déplacer la poussière, éternuer, poser à un endroit pour remettre au même endroit par la suite.

Au final, on se dira que le rangement n’était déjà pas si mal (en vrai, il ne l’est pas, mais tout ranger en vrac dans le premier tiroir, c’est bien pratique). On s’y mettra l’année prochaine. Vraiment.

Le ménage :
Certes, on n’a pas trié tant que ça. Ni réorganisé grand-chose.
Mais on va faire le ménage. Et on va le faire bien. La serpillère est déjà prête, reste juste à passer l’aspirateur. Dont le sac est plein à craquer. Sac que tu n’as plus (ou que tu ne trouves plus tellement tout est bien rangé).
La perspective de se rendre au centre commercial le plus proche, un samedi en fin de journée, achève la motivation qui t’habitait en ce début de journée, pourtant prometteuse d’un renouveau dans ta maison.


Bref, il est 19h, ta maison ni n’est plus rangée, ni plus propre qu’hier, mais toi, tu es vidée, lessivée de l’intérieur, comme si finalement le ménage de printemps n’était qu’un concept à prendre au sens figuré.
 

vendredi 18 mars 2016

Vers l'infini (le couloir) et au delà (le bureau)(ou la salle de bain)

Il n'y a pas si longtemps, Grabouille soufflait sa première bougie. Même qu'on a remis ça plusieurs fois (parce que tu comprends, on est pas peu fier d'avoir un enfant qui grandit) dont la dernière en invitant cousins, oncles/tantes, papis/mamies...
(Et puis parce qu'après tout ce temps passé à errer sur Pinterest, j'avais très envie de laisser exploser mes talents d'organisatrice de birthday party.)

Et c'est à croire que pour Grabouille, cette petite fête magnifiquement décorée (bah quoi ?) a été vécue comme un rite de passage, un cérémonial.
Avant, c'était un bébé avec 2 dents, qui se déplaçait à 4 pattes et  qui appréciait quand on lui donnait à manger à la cuillère.

Après... Ben c'est un peu la course à ce qui le fera grandir le plus vite.

- Faire ses premiers pas (et enchaîner les 1000 suivants) : la maison (tout du moins le RDC) n'avait plus de secret pour lui depuis qu'il se déplaçait à quatre pattes, mais la marche ouvre l'accès à l'escalier, par là même au premier étage Elle ouvre aussi sur ce monde inconnu qu'est l'extérieur : la terrasse (et son escalier), le jardin, la rue...
Bref, sitôt les premiers pas chancelants accomplis, l'assurance et l'aisance se sont installées très vite. Bien plus vite que mon stress (qui n'a pas traîné ceci dit) (faut dire qu'il y a plus serein qu'une maison avec un escalier sans garde fou, sur lequel il est donc IMPOSSIBLE de fixer une barrière...).

- Manger tout seul (et s'imposer comme le nouveau décorateur intérieur lançant la mode des taches de couleurs sur les murs blancs) : étonnamment, viser la bouche avec la cuillère est assez aisé pour cette petite main. Moins étonnament, ladite cuillère arrive souvent... peu remplie. On ne peut pas utiliser de la purée pour repeindre les murs ET se nourrir. C'est l'un ou l'autre. Mais ça, Grabouille ne l'a pas encore tout a fait compris.

- Percer  4 dents d'un coup (lui qui plafonnait à 2). A priori, il a du se dire que quitte à avoir mal, autant que ça vaille le coup. Mais 4 dents en même temps, c'était peut être beaucoup. En tout cas, ça l'est pour nos nuits qui sont plus que mauvaises, ponctuées par les hurlements de douleur de ce petit homme.
Comme quoi, c'était possible de faire PIRE en terme de nuits pourries : on peut faire les nuits Super-pourries.





Le temps passe donc à une vitesse folle, mon tout petit bébé commence à déployer ses ailes (bon, il n'a pas encore quitté le nid)(bien que parfois, la nuit, c'est une idée qui me plait assez...), et tout ça me rappelle à quel point il faut graver dans sa mémoire tous ces instants !

PS : Le blog n’est ni en pause, ni à l'abandon. C'est juste que les nuits trop courtes ont raison de moi et que je me couche parfois à 20h45. (Non, je n'ai pas honte. Je suis juste FA-TI-GUEE)
PS2 : Mais j'ai bien l'intention de revenir, parce que j'ai plein de chose à raconter ! Et à défaut de me lire, tu peux me suivre sur Instagram @lilmumvidesonsac, ou aussi depuis peu, sur Snapchat @lilmumvss (là, je raconte plein de trucs ;-)


mercredi 10 février 2016

Un an de toi.

Il y a un an, tu es venu agrandir notre famille (et raccourcir nos nuits).


Un an qu'on te voit grandir. Vite. Trop vite. A tel point que j'ai arrêté d'utiliser le sèche-linge, persuadée qu'il rétrécissait tes vêtements.
Un an qu'on t'observe découvrir le monde. Explorer tout ce qui est à ta portée. Et te fâcher après ce qui ne l'est pas.
Un an qu'on entend ta voix, tes rires. Tes pleurs aussi.
Un an que ton père et moi découvrons à quel point tu as le meilleur des grands frères.

Du haut de tes 75cm, tu commences à élargir tes horizons : à quatre pattes, ou en prenant appui sur ce que tu peux, tu fonces vers de nouvelles découvertes.
On ne peut pas dire que tu croques la vie à pleine dents, toi qui n'en a que 2, mais c'est presque ça quand même.


Hier, ta vue ne portait pas plus loin que le bout de ton petit nez. Tu fronçais tes sourcils, comme si ça te permettait de mieux discerner les gens, les formes.
Hier, tes petites mains maladroites tentaient d'attraper ce qui passait à leur proximité (souvent mes cheveux).
Hier, tu ne parvenais pas encore tenir ta petite tête tout seul.

Pourtant, hier, tu as soufflé ta première bougie.

Aujourd'hui, tes sourcils se froncent encore, toujours de la même façon. Mais plus pour les mêmes raisons : désormais, tu réfléchis. Ou tu te fâches.
Aujourd'hui, tes petites mains attrapent tout ce dont tu as envie, et un peu plus même.
Aujourd'hui, j'ai gardé le reflexe de soutenir ta tête, mes mains derrière ta nuque, comme lorsque tu étais fragile.

Bon anniversaire mon tout petit.


mercredi 3 février 2016

{ Découvertes et coups de coeur } Les bijoux du net !

Ce blog (et surtout les réseaux sociaux auxquels il est associé) aura ma peau. Et celle de mon porte monnaie.
En effet, chaque jour, je découvre des nouvelles boutiques, des nouveaux créateurs. Chaque jour, la tentation est grande.


(Ceci dit, aujourd'hui, j'ai trouvé comment calmer mes achats compulsifs : en payant le premier tiers des impôts sur le revenu)(mais ce n'est pas le sujet).


Comme je vous disais, la tentation est grande. Très. Trop. Alors plutôt que de garder ça pour moi, je me suis dit que ça serait une bonne idée de partager ça avec vous. Histoire que je ne sois pas la seule dont l'Amoureux fasse les gros yeux dès que je reçois un coli.


Le bracelet :
Pour commencer, je vais vous parler des manchettes Les Georgettes.
J'ai découvert cette marque à Noël, mes parents m'ayant offert une manchette de la marque.

Le concept est très sympa : on crée notre bijou qu'on pourra ensuite assortir à nos tenues, nos envies, nos humeurs.
Tout d'abord on choisit la manchette qui existe en 2 largeurs et en plusieurs motifs variés. On choisit ensuite le métal : or, argent ou or rose. Et enfin, on peut sur certains modèles choisir une finition brillante ou satinée.

Et on en vient à la particularité de cette manchette :
Certes, on peut la porter seule. Mais pour la personnaliser on la complète avec une bande de cuir qui vient se clipser sous la manchette. Ces cuirs sont bi-colors, une couleur par face. Ils sont donc réversibles et interchangeables.



Pour suivre Les Georgettes sur Facebook, c'est ici, sur Instagram, c'est .


La bague :
Depuis longtemps, je cherchais un bijou qui représente mes 2 enfants. On trouve beaucoup de bracelets, de colliers, mais souvent je trouvais que ces bijoux faisaient beaucoup trop "maman" et pas assez "femme".


Quand j'ai découvert le site de BubbleBead, j'ai complètement craqué : bijou casual, féminin, facile à porter ET que je pouvais personnaliser !
Bref, j'ai craqué. Mais, elle est canon cette bague non ?






Pour suivre BubbleBead sur Facebook, c'est ici, sur Instagram, c'est .


Le collier :
Là, c'est LE coup de cœur.
Quand j'ai vu la photo posté sur le compte Instagram de Iléana du blog Styl'IZ, j'ai (oui je sais, encore) complètement craqué (je me répète, mais avouez que ces bijoux sont irrésistibles !) pour ce collier AmourAmour de My Fashion Jewelry.


Tout comme la bague, je trouve que ces deux cœurs entrelacés symbolisent bien mes deux petits mecs.


J'ai été super raisonnable parce que je n'ai pas craqué sur toutes ses autres créations, mais allez faire un tour sur son site, y'a vraiment beaucoup de choses cannons !




Et cerise sur le gâteau, lorsqu'on reçoit notre commande, c'est super joliment emballé, c'est personnalisé, bref, un vrai plaisir avant même de découvrir le bijou !






Pour suivre My Fashion Jewelry sur Facebook, c'est ici, sur Instagram, c'est .




Vous pouvez me rejoindre sur ma page Facebook ici, sur mon Instagram et si vous voulez voir mes Snaps, c'est avec le pseudo lilmumvss que vous me trouverez !







mardi 12 janvier 2016

De la galère du choix d'un siège auto

Depuis sa naissance, Grabouille voyageait dans un cosy Kiddy Evo-Lunafix.

Je voulais une coque qui soit sécuritaire et qui permette à mon bébé d'avoir une position plus allongée pour un meilleur confort, surtout lors de longs trajets.
Mon choix s'était porté sur ce modèle, avec fixation isofix, très pratique.


Mon fils grandissant, il a bien fallu se repencher sur le choix d'un siège auto adapté.
D'après les crash tests, il est plus sécuritaire pour un enfant de voyager le plus longtemps possible dos à la route.
Cependant, il se peut que l'enfant, en grandissant, soit malade en voiture. Auquel cas, je souhaitais un siège qui permette également de voyager en face route. C'est à dire un siège réversible.
Idéalement, lors du passage en face route, il est préconisé d'attacher l'enfant avec un système bouclier plutôt que le harnais.
Enfin, afin de ne pas me casser le dos plus qu'il ne l'est déjà (oui, si tu me suis sur ma page facebook, tu dois savoir que j'ai une fucking hernie discale)(non, ça ne va pas trop beaucoup mieux...), je voulais que ce siège pivote de façon à installer mon bébé face à l'ouverture de la porte.

Petit aparté : un siège pivantant, ne veut pas dire qu'il est réversible et vice-versa !
Pivotant = permet de tourner le siège pour que l'installation de bébé se fasse face à la porte.
Réversible = le siège peut être installé à la fois en position dos route et en position face route.

En plus de tous ces critères, je voulais un siège qui soit irréprochable lors du passage des crash-test.

Pour ce dernier point, le site Sécurange est LA bible, LE site regroupant toutes les informations sur les sièges auto : de la fiche technique, en passant par le crash test et avec également des articles concernant les tests "à l'utilisation quotidienne" qui sont bien décrits et objectifs.

En magasin, ou sur le net, il n'est pas évident de trouver les informations claires, autres que marketing.
Aussi, je me suis pas mal arraché les cheveux en recherchant mon graal.
J'hésitais entre le Sirona de Cybex, seul siège qui fasse dos route / face route ET qui permette d'attacher l'enfant avec un bouclier en passant en face route (sinon, en dos route, c'est avec un harnais), le Dualfix de Britax et l'Axiss fix de chez Bébéconfort.



Heureusement, Maryline, contributrice au site et au blog de Sécurange, a su répondre à mes questions, et surtout, puisqu'elle a testé quasiment tous les sièges avec ses enfants, son point de vue sur la praticité et le confort m'ont permis de mieux cerner les différents sièges.

Au final, le choix se sera porté sur l'Axiss fix I size de Bébéconfort car nous avons pu bénéficier d'une grosse remise (Les 3 sièges étaient dans la même gamme de prix, mais celui-ci était en offre privilège dans un magasin de puériculture à -20%... donc bon.)



Et toi, le choix du siège auto ? une prise de tête aussi ?




lundi 4 janvier 2016

Mes 10 (bonnes) résolutions pour 2016.


L'approche de la nouvelle année est bien souvent l'occasion de prendre des (bonnes ?) résolutions. On dresse une liste, plus ou moins exhaustive et on tente de s'y tenir. Sur une semaine, au moins. 1 mois, au mieux. Voir pour les plus courageux, genre jusqu'aux prochaines vacances scolaires.

 



Mais en 2016, j'ai décidé de m'améliorer (tiens, serait-ce déjà une première résolution ?) et de tenir tous mes engagements. A peu près. (Enfin, on est d'accord, hein, cet article n'a AUCUNE valeur contractuelle).

Voici donc mes résolutions :


-    Faire ma rééducation du périnée. Parce que même si les exercices n'ont rien d'agréable (non, vraiment), devoir penser à serrer les jambes quand on éclate de rire (ou quand on éternue, ça marche aussi), ce n'est pas pratique. Et pas toujours efficace. (Et on ne peut pas toujours avoir une petite culotte de rechange dans son sac à main).

 

-    Me remettre au sport. Et ne pas considérer qu'être abonnée à la salle de sport en bas de la rue (alors que je n'y ai mis les pieds en tout et pour tout deux fois : une fois pour visiter, une fois pour m'inscrire) permet de mettre sur mon CV : Sportive.

 

-    Améliorer mes talents culinaires. Non, le fameux jambon-pâtes (ou sa variante jambon-purée) TOUS les soirs, ce n’est pas de la cuisine. (Mais c’est rapide, on est d’accord).

 

-    Ranger. Régulièrement, pas seulement quand on reçoit des invités. Encore moins quand on les reçoit dans à peine une heure.

 

-    Modifier mon vocabulaire. Parce que le matin, il doit bien y avoir d’autres choses à dire à ses enfants que " Dépêche-toi !!" ou "Plus viiite !!!"  ou encore "On va être en retaaaaard !!!". Comme "Je t’aime ", par exemple.

 

-    Me coucher plus tôt. Pour de vrai. (J'aimerais bien rajouter "et me lever plus tard, pour de vrai aussi", mais avec mes sales gosses, ce n'est juste pas possible)

 

-    Prendre de jolies photos. Et les faire développer. Ou au moins, les sauvegarder, pour ne plus perdre bêtement ces instantanés de vie, supprimés par inadvertance de ton téléphone suite à une mauvaise manipulation ou à une mise à jour du système par exemple. Ou alors parce que ton téléphone n'aura pas survécu à la chute sur le bitume (ou dans le bain...)

 

-    Sourire plus. Parce que ça ne donne pas de ride, mais ça diffuse plus de bonheur (Et ça me permet plus facilement d'obtenir ce que je veux !)
 
 
- Prendre plus de temps pour voir les copines. Parce que le téléphone, c'est bien. Se serrer dans les bras, c'est mieux.
 
 
- Ne pas oublier d'aimer et de lui dire surtout, celui qui me connait, me comprend, me soutient, et tout ça, malgré mon caractère, mes sautes d'humeurs et mon manque de prise de recul.
Ne pas oublier non plus de prendre soin de lui autant que lui prend soin de moi et de nos petits mecs.

 

Et vous, vous avez pris de bonnes résolutions ?

vendredi 1 janvier 2016

Et doucement 2015 s'en va...

Avant de commencer, je tiens à préciser que, comme ce blog, cet article est très centré sur moi, moi-même et ma petite personne.
Tout le monde n'a bien évidement pas vécu cette année comme moi et je comprends tout à fait les personnes qui avaient hâte d'en finir...

Mais il n'empêche que 2015 est et restera une merveilleuse année, car nous avons agrandi notre petite famille d'un adorable Grabouille.
Si son arrivée nous a chamboulé sans doute plus que ce à quoi nous nous attendions, elle a surtout occasionné de merveilleux moments avec beaucoup de tendresse, d'amour, de fou-rires... et de disputes aussi (si un peu)(on a eu du mal parfois à se mettre d'accord sur qui devait changer la couche).

Cette année, j'ai vu mon grand Lutin devenir ce garçon de plus en plus espiègle, de plus en plus autonome. L'année 2015 a marqué la fin de l'école maternel et l'entrée en primaire. Je l'ai surtout vu devenir un merveilleux grand frère tendre, doux, attentionné, prévenant.

J'ai vu le lien se tisser très tôt et très fort entre mes deux adorables petits mecs. Ce lien fraternel, leur amour l'un pour l'autre... autant de gestes, de regards entre eux qui me font fondre dès que j'ai la chance de les saisir.



Me concernant, il y a aussi des changements. Après cette période de flottement lors duquel j'ai eu l'impression de peiner à trouver un équilibre à 4 alors que nous étions 3 depuis (trop) longtemps, je me sens enfin "au complet". La tristesse qui me pesait de ne pouvoir avoir un autre enfant, le sentiment de culpabilité par rapport à l'amoureux (lui qui voulait une famille nombreuse, moi qui ne parvenait pas à faire grandir un bébé dans mon ventre) et par rapport au Lutin (lui qui voyait ses copains avoir des frères et sœurs et qui me racontait comment il serait avec un bébé...), ces sentiments me semblent bien loin désormais.

Reste des points tels que la patience (surtout en fin de journée), les exigences que je peux avoir (et qui parfois paraissent bien dérisoires) sur lesquels je vais peut être me pencher... En 2016 donc !


Professionnellement (alors que je n'ai repris qu'en septembre), il y a eu aussi les montagnes russes, les envies de tout plaquer (mais pour faire quoi ?), les envies de tous les claquer (mais par qui commencer !)(ha non, en vrai, ça ne se fait pas !)...
Et puis il y a eu un déclic, une prise de recul et si 2015 aura été bien tumultueuse, je pense que je suis désormais bien équipée pour que 2016 me permette de retrouver le plaisir et la sérénité au boulot.


Enfin, niveau blog, il y a eu aussi pas mal de choses :
Un nouveau design. Cet espace ne me convenait plus trop, et grâce à la talentueuse Zaz d'Australie, je me sens de nouveau chez moi, à l'aise dans mon joli blog.

Il y a aussi eu la création nouveau blog, à l'occasion du mariage de ma sœur prévu pour 2016, dans lequel je m'amuse à raconter l'organisation et mon rôle de témoin...
Je l'ai intitulé Prouprout-Ma-Chère marie sa sœur (même qu'il a sa page FB). Je m'éclate à évoquer nos moments entre frangines, les découvertes faites autour de l'organisation... bref, le ton est assez léger, ça peut vous plaire si vous aimez me lire ici.

Et enfin, il y a la création d'un magazine féminin régional, "Femmes en Bourgogne" qui a vu le jour et auquel je contribue avec d'autres copines blogueuses locales. C'est un autre exercice, un autre style mais vous pouvez consulter les numéros en ligne pour vous faire une idée ;-)


Ce bilan est plus que succin, parce qu'il y a eu tellement d'autres choses cette année...

Je ne sais pas ce que nous réserve 2016, mais je vous la souhaite belle, pleine de jolis moments, et qu'elle soit l'occasion d'accomplir une partie de vos rêves.