dimanche 20 décembre 2015

Qu'est ce qui te ferait plaisir à Noël ?

Souvent, quand on me demande ça, je ne sais pas vraiment quoi répondre. Et puis les idées me viennent, mais trop tard.

Alors là, je me dis qu'à 3 jours de Noël, je suis encore large pour balancer mes idées non ?

Si tu me suis sur Instagram (c'est par ici) ou sur ma page Facebook (c'est par ) tu as peut être constaté que j'ai une légère (très légère) adoration pour les bijoux.
J'ai ainsi récemment découvert deux créatices (enfin entre autre) qui me font craquer :
- Bijoux Chérie qui propose un large choix avec pas mal de style que j'aime beaucoup : de l'ethnique chic, du classic, de la fantaisie aussi...
Là j'adore cette bague : simple et qui va avec tout (et qui va surtout avec le bracelet jonc que tu peux voir sur mon Instagram)
- Gwapita : Dans les bijoux haute fantaisie, la collection est vraiment canon et j'aime beaucoup ce collier (mais j'ai craqué déjà pour une bague)(oui, encore) :



Comme je ne m'habille pas que de bijoux, j'aime aussi les fringues. Ma frénésie acheteuse passe donc AUSSI par le prêt à porter...
Et au détour de mes errances sur la toile, voici une petite robe simple mais classe de chez Nafnaf. J'aime bien l'effet ceinturé bas et le côté un peu plus ample au niveau des poignées d'amour qui, pour le moment, ne supportent pas franchement les coupes très (trop ?) ajustées (humhum) :
Dans un autre style, on part plus sur le coté cocooning tout doux pour affronté les soirées hivernal, j'adore ce cardigan oversize de chez Camaïeu :
 
 

Enfin, parce que je ne marche pas pieds nus (enfin en ce moment, vu mon hernie discale, je ne marche pas du tout...), j'accroche pas mal sur ces boots de chez San Marina : Le talon est haut, mais le plateau les rend ultra confortables ! Passe-partout j'aime bien le style.

Et pour finir, sur ma wish list. je mettrais un truc que JAMAIS je n'aurais imaginé désirer (mais ça c'est de la faute aux copines blogueuses qui m'ont trop donné envie)(coucou Elo MumMaman Floutch (faut avouer que c'est vachement pratique aussi) : j'ai nommé le défroisseur Steam & Go de chez Philips.
Je déteste le repassage. Mais malheureusement mes fringues ne ressortent pas très souvent nickels nickels de ma machine.
Comme je suis une maman organisée, c'est donc toujours à la dernière minute que je sors la table à repasser, que je fais chauffer le fer, que je me brûle 3 fois avec (quand je ne crame pas mon vêtement).
Bref, les vendeuses dans les magasins de prêts-à-porter me faisaient un peu rêver avec leur machine à défroisser : plus de table à repasser, juste le vêtement sur un cintre et hop !
Alors de savoir que ça existait pour de vrai, pour chez moi, pour me simplifier la vie... voilà quoi. J'ai craqué.




Et toi ? Tu veux quoi pour Noël ?
Dis moi tout !

lundi 14 décembre 2015

Ôde à mon facteur

Faire mes achats sur internet est devenu assez fréquent dans mon quotidien.
Je crois que ça a surtout commencé lorsque j'étais enceinte de mon Lutin. A la fin de grossesse, un peu encombrée dans mes déplacements mais avec une folle envie de shopper (envie qui ne m'a pas quittée d'ailleurs...).

Alors je remplissais des paniers, vidais, sélectionnais, validais et demandais la livraison à mon domicile.
A l'époque, j'habitais encore en région parisienne. Une adresse simple à trouver, sans digicode, juste une sonnette (qui fonctionnait), le nom sur la boite aux lettres... Bref, tout bien comme il faut.

Pourtant, je ne compte pas le nombre de fois où je retrouvais un avis de passage, informant que, puisque j'étais absente, je pouvais retirer le lendemain mon colis à la poste.
Absente. Alors que limite je n'avais pas osé me laver (ho ça va hein... J'ai dit "limite") pour être sûre de ne pas manquer le facteur !

Autant te dire que payer un peu plus cher la livraison en colissimo pour finalement devoir traverser toute la ville pour récupérer mon colis alors que le gars ne s'était même pas donné la peine de sonner, ça me mettait un peu les nerfs.


Bref, depuis, nous sommes revenus en province (pas pour les soucis de poste)(enfin pas que quoi).

Et est revenue la phase grossesse, avec déplacements limités, frénésie d'achat... Et commandes avec livraisons en colissimo (entre autre).

Et là, je vais te dire. Si y'a bien UN truc qui supplante largement Paris (mais y'en a pas qu'un je trouve), c'est mon facteur de colis !!!

Déjà, le grand changement, c'est qu'il est SOURIANT ! Oui.
Ensuite, il fait son métier : c'est à dire livrer les colis. Simple me diras-tu ? Ben pas tant que ça apparemment quand on voit le nombre de personne se plaindre.

Donc il le fait BIEN, son métier.

Par exemple, lorsque j'étais enceinte, il sonnait au portillon et lorsque j'ouvrais ma porte d'entrer, il me montait les cartons (oui, j'ai juste une petite dizaine de marches mais il les enjambait).

Il m'est arrivée une fois de l'entendre sonner alors que je sortais de la douche. L'envie de recevoir et déballer le colis (mon coussin d'allaitement)(enceinte, le coussin d'allaitement est juste le salut de ton bassin) était trèèèès forte. Mais la bienséance (et la pudeur) m'ont empêchée de me précipiter lui ouvrir (à poil).
Tant pis, j'irai le lendemain avec l'avis de passage récupérer le colis.
En fin de matinée, ça sonne.
Je te le donne dans le mille Emile, c'est la fin de sa tournée, et plutôt que de rejoindre ses pénates, mon facteur repasse par chez moi parce que "ça ne ma fait pas un grand détour et j'imagine qu'enceinte, ça ne vous arrange pas forcément de venir au bureau".

Oui, il m'a dit ça texto.

Alors tu penses bien que je l'aime d'amour ce facteur.

Puis quand Grabouille est né, il s'est permis de monter directement à la porte d'entrée (vitrée la porte)(ça aura son importance plus tard) et de frapper légèrement parce que (je le recite) : "je ne veux pas prendre le risque de réveiller votre bébé".
Il l'a fait à plusieurs reprise et j'avoue qu'à chaque fois, j'ai trouvé ça vraiment adorable.

Puis est arrivé un matin. La fois de trop sans doute. La nuit un peu courte, un Grabouille un peu ronchon et barbouillé, bref, un peu de régurgitation sur mon pantalon d'intérieur (comprendre : mon pyjama/jogging moche et informe) que j'ai ôté, me retrouvant juste vêtue de mon haut d'allaitement couvrant à peine mes fesses (mais j'avais une culotte quand même, faut pas déconner).
Me voilà donc sortant de la salle de bain, sans pantalon, avec un Grabouille tout juste suspendu à mon sein exposé à l'air (rapport au tee-shirt d'allaitement pas bien remis en place).

Et là, au détour du couloir, je lève les yeux. Je te laisse deviner qui je vois, derrière ma porte d'entrer (vitrée, je te rappelle), les bras chargés, s'apprêtant à frapper, comme à son habitude.

Parfois, je me demande lequel des deux a été le plus gêné. Parce que je lui ai quand même ouvert, j'étais plus à ça près.

Toujours est il que depuis, il n'est plus jamais monté frapper. Il sonne un tout petit coup.




mardi 8 décembre 2015

Places de parking "familles" : un peu de civisme ne nuit pas.

Sur les parkings, il y a des places bien identifiées, peintes en bleu, que tout le monde connait : les places pour les personnes handicapées.
Et puis il y les places familles, tout aussi bien identifiées, peintes en jaune ou en violet, mais moins bien connues.

Si les premières bénéficient d’un cadre légale, les secondes sont dites de courtoisie.

Et force est de constater que la courtoisie n’est pas le fort de tous les conducteurs.

Ces places familles sont situées près des entrées des centres commerciaux et sont plus larges que les places standards. Ce qui les rend très attrayantes, même sans avoir d’enfant.


Après tout, les femmes enceintes, si elles ne peuvent pas marcher, elles n’ont qu’à rester chez elles. Et puis ce n’est pas la place des jeunes enfants que d’être dans les magasins.

 
Ce sont souvent ces excuses qu’on peut entendre de la part des gens qui ne respectent pas ces places (Et qui, semble t’il, veulent régenter la vie des autres)(mais c’est un autre souci).
Soit.
Donc d'après eux, il semblerait que lorsque tu es enceinte ou que tu es parent de jeunes enfants, tu n'as pas le droit de faire tes courses pour te nourrir (toi ou tes enfants), pas le droit non plus d'acheter des couches, des vêtements... Bref, pas le droit de vivre.

Alors qu'eux, parce qu'ils ont une vie trépidente, importante, ils vont garer leur voiture près des entrées.
Et puis enjoliveur sur la gomme, la largeur des places évite à leur jolie voiture de se faire érafler.

(sans vouloir faire de généralité, mais un peu quand même, très souvent tu vas retrouver le coupé sport ou la voiture rutilante, intérieur cuir, sans siège auto...). Donc bon.



Mais bordel, pourquoi ces places familles doivent être respectées ?

Tout d’abord, leur proximité par rapport aux entrées des galeries commerciales permet aux enfants de passer moins de temps au milieu des voitures qui manœuvrent, roulent parfois vite… C’est plus sécuritaire.
Et parce qu'en effet, quand on en est à 7-8 mois de grossesse, que le poids devient lourd à porter, que la respiration se fait pénible, que les ligaments menacent de claquer, tu es bien contente d'économiser quelques pas !

Ensuite, leur largeur permet d’ouvrir en grand les portières.
Sachez que lorsqu’on est enceinte et que le ventre devient proéminant, se glisser entre 2 véhicules n’est pas toujours aisé, et relève même parfois de l'épreuve du parcours du combattant avant de pouvoir s'installer derrière le volant. Et tenter de passer par le côté passager est juste impossible.

Avec des enfants en bas âge, et particulièrement ceux qui voyagent dans un cosy, il est nécessaire de pouvoir ouvrir en grand les portières afin de pouvoir les sortir ou les installer. Peut-être n’avez-vous pas d’enfant ou avez-vous oublié à quel point ces sièges sont gros, mais sur un emplacement standard, l’espace entre deux voitures permet à peine de passer le cosy.

Il m'est arrivée une fois de ne pas pouvoir glisser le cosy de Grabouille sur sa base isofix. Ni même pouvoir glisser le cosy de l'autre côté de la voiture. J'étais garée en marche avant, le coffre accessible.
La seule solution a été de mettre la coque (et donc mon bébé) dans le coffre (DANS LE COFFRE BORDEL !!), de manœuvrer (vas-y que je sors la voiture en marche arrière, avec MON BEBE DANS MON PUTAIN DE COFFRE)(je n'ai jamais autant contrôlé ma manœuvre je crois. Même le jour du permis !).
Une fois la voiture dégagée, me mettre en double file, sortir le cosy du coffre (tu sens les regards insistants des passants dans un coup de temps pareil), remettre enfin la coque en place et partir.

C'est sans doute con à lire. Je peux le concevoir.
Mais vraiment, je t'assure que j'ai flippé. Pour faire 3m en marche arrière.

Alors que le jeune cadre dynamique avec sa merco flambant neuve (limite je me rappelle encore de sa plaque) qui s'est empressé de se garer devant moi (et de sortir seul)(et de me snober lorsque je l'ai interpelé), ce monsieur m'aurait laissé la place, ça m'aurait un peu moins stressée tu vois...
(Je ne suis pas pour la dégradation gratuite, mais vraiment, vraiment, j'ai espéré qu'un caddy vienne malencontreusement (ou pas) s'encastrer dans sa portière).

Alors cher conducteur, les familles et les femmes enceintes te seront immensément reconnaissantes de leur laisser courtoisement ces places jaunes (ou violettes selon les parkings).
Et crois moi, ça peut aussi préserver ta carrosserie.

 



dimanche 6 décembre 2015

Les cartes de voeux, on r'met ça ? [cadeau dedans]

Le cas des cartes de vœux. Décembre arrivant, c'est un sujet dont on entend pas mal parler.

Je ne suis pas forcément assidue à ce petit rituel. Je ne suis pas non plus assidue à celui des cartes postales en vacances.
(je ne suis même pas assidue sur ce blog si on veut être honnête !)

Pourtant, j'adore recevoir des cartes, avoir des nouvelles des proches, ou des moins proches. J'aime ce petit lien qui égaye la journée et vient orner le frigo, les murs (ou même les chiottes !).

Cette année, j'ai reçu une carte de vœux d'un partenaire (oui, déjà. Comme quoi, il y a des gens bien organisés !). Le geste m'a plu, et j'ai adoré la petite surprise glissée dans l'enveloppe : les confettis, qui mettent un peu plus en fête le courrier.
J'ai aussi apprécié qu'on ait choisi une photo sur mon profil Instagram, une jolie attention.

Ce petit plaisir m'a été offert par l'équipe de Popcarte.
Sur le site, tu trouveras entre autre un joli choix de carte de vœux variées.

Comme je te l'ai dit, je n'écrivais pas forcément des vœux tous les ans, mais j'avoue que de recevoir cette carte avec photo m'a donné envie d'envoyer un petit bout de nous à mes proches.

Plusieurs modèles me plaisent beaucoup, comme ceux là :

Ces modèles sans photos, avec une jolie illustration :




Et ces modèles, avec photos :

 

Ils me plaisent bien tous, j'hésite pas mal entre plusieurs modèles, mais je penche en faveur d'une carte avec des photos.

Place au concours :

Comme chez Popcarte, ils sont adorables, en plus de me faire plaisir, ils proposent de faire plaisir à l'un ou l'une d'entre vous en vous offrant 16 cartes de vœux que vous choisirez parmi tous les modèles du site.

Pour ce faire, c'est simple, vous remplissez le petit questionnaire ci-dessous, vous avez jusqu'à vendredi 11 décembre 22h.
Et parce que ça fait toujours plaisir, n'hésitez pas à liker la page Facebook de Popcarte ainsi que la mienne (si ce n'est pas déjà fait !) Lil'mum vide son sac.
N'hésitez pas non plus à partager sur les réseaux !

Bonne chance à tous !



EDIT :

Malgré plusieurs relances, la gagnante initiale ne s'étant pas manifestée, voici la nouvelle tirée au sort via random :
Emilie F.
Bravo à toi, un mail t'a été envoyé ;-) répond moi vite !