vendredi 26 juin 2015

La fête dans les étoiles

Autant je n'ai jamais été très douée pour trouver des cadeaux lors de la fête des Pères (et en bien d'autres occasions), autant j'étais plutôt efficace pour déléguer cette mission à ma sœur.

Mais depuis que le Lutin est né, je ne peux me défiler pour trouver à l'amoureux un petit quelque chose : un mug, estampillé "le papa parfait", pour accompagner le set de table que notre fils aura fait des ses propres mains à l'école, ou alors un tee-shirt, flocké "mon papa, c'est le plus beau, le plus fort, le plus gentils" que l'amoureux ne portera qu'une fois (le jour même) et relèguera au fond du placard...

Cette année, alors que je m'apprêtais à sécher encore une fois, j'ai vu passer sur Instagram une photo d'Harmony, aka la fille Kamoulox : Elle prenait son courage à deux mains et faisait son baptême de l'air.

Je la tenais mon idée génialissime ! Organiser un truc un peu fou-fou que le Lutin et son père feraient ensemble !

Après m'être assurée que le Lutin était partant et lui avoir répété cent fois que c'était une surprise, qu'il ne devait surtout pas en parler à son père, j'ai contacté l'aéroclub pour connaitre les modalités et planifier tout ça.
Au téléphone, la Petite Dame m'explique tout.
Les modalités sont simples :
- il faudra payer pour avoir un bon pour un vol.
- Des pilotes, il y a en a tous les jours, tout le temps, suffit de préciser quand on veut, sachant que le vol le soir est le plus joli, rapport aux couleurs et à l'inclinaison du soleil
La planification ce jour là aura été rapide : "Madame, nous ne pouvons prévoir de vol pour le 21 juin car nous n'avons aucune idée du temps qu'il fera dans 3 semaines. Venez nous voir 3-4 jours avant, une fois que les prévisions seront connues et qu'elles annonceront un temps clément."

Quand Laurent Romejko ET Evelyne Dhéliat ont annoncé le mercredi matin un beau temps en Bourgogne pour le dimanche. J'ai respiré.
Parce que c'était pas tout d'avoir une idée géniale, encore fallait il que l'intéressé puisse en profiter !

Toute heureuse, je suis allée voir la Petite Dame qui m'avait renseignée par téléphone afin :
- de faire le bon cadeau
- de bloquer un pilote (de préférence avec licence) (et son avion) à un horaire qui nous convenait (à savoir le soir, parce que, comme elle me l'avait dit par téléphone, la luminosité est belle).

J'ai pu payer, mais la Petite Dame avait omis de me préciser par téléphone un petit détail.
Le 21 juin est une journée porte ouverte, en conséquence aucune réservation n'est possible, il suffit de venir et d'attendre notre tour.
Attendre.
Elle ne connait pas mon Amoureux, Aka l'Ours, dont la patience n'est pas la qualité la plus prononcée de sa personnalité.
Concernant l'horaire, elle m'encourage à éviter les horaires les plus chargées, à savoir la fin de matinée et le milieu d'après midi.
Pas grave, je me dis, ils prendront le créneau du vol du soir.

Non, me reprend la petite Dame, le soir ce n'est pas possible car la journée porte ouverte sera cloturée par un pot à 18h30, pot que les pilotes apprécient et qui les rend inaptes à partir en vol passé 18h35 (rapport aux boissons qu'ils ne manqueraient pas de consommer).

L'organisation me semble déjà plus hasardeuse que prévue.

Et puis dimanche matin pointe son rayon de soleil.

L'avantage d'avoir 2 enfants, dont 1 de 4 mois (sachez que l'enfant le plus matinal n'est pas celui auquel on pourrait s'attendre...), c'est qu'à 7h, tu es réveillé, à 9h, tu as petit-déjeuné, tu es lavé et habillé.
Et tu peux donc lancer l'opération suprise-de-la-fête-des-pères-hop-hop-hop-en-voiture-pour-arriver-avant-la-fin-de-matinée-et-éviter-les-horaires-chargées.

Dans la voiture, je ne sais dire qui du Lutin où moi est le plus excité : lui parce qu'il s’apprête à s'envoler ou moi parce que c'est la première fois que je fais une vraie de vraie surprise à mon amoureux (du moins c'est ce que je crois à ce moment là...).

il est 9h23, nous sommes les premiers. La patience de l'amoureux est intacte.
Le ciel est couvert (météo France annonçait un beau ciel bleu. normal), mais il ne pleut pas.
Un organisateur nous prend en charge, trouve un pilote, nous accompagne vers l'avion. Le temps de nous dire des généralités sur l'aviation, de me laisser prendre des photos de mes 2 aviateurs en herbes, je quitte le tarmac et m'en vais derrière le grillage pour les voir décoller.

Ça y est, ils ont pris leur envole. Leur avion n’est plus qu'un petit point noir.
J'attends en me promenant avec Grabouille.
Je regarde autour de moi, observe les vieux avions, lève les yeux et admire (et panique) les voltigeurs qui font des figures, coupent les moteurs et donnent l'impression de s'écraser avant de remettre les moteurs et de se redresser...
Alors toute seule, je me demande le risque que 2 voltigeurs se percutent. Ou le risque qu'ils percutent un petit avion de baptême de l'air...
Et puis l'avion dans lequel sont montés mes 2 hommes, à quel fréquence tombe t'il en panne ?

Tout de suite, mon idée ne me parait plus si génialissime.
Elle me parait même être une énorme erreur et me fait regretter l'idée du tee-shirt. Personne ne s'est tué en enfilant un tee-shirt. Alors qu'en montant en avion...




Je commence déjà à réfléchir pour l'année prochaine, si vous avez des idées...










1 commentaire:

  1. et top cette surprise sauf que là tu as mis la barre un peu haut pour l'année prochaine il va s'attendre à THE cadeau et je sèche niveau idée lol...
    Bise

    RépondreSupprimer

Pour remplir mon sac, c'est par ici !