lundi 10 novembre 2014

Ne pas passer à côté de toi

Je suis bientôt à 6 mois de grossesse.

Mon ventre est rebondi (très rebondi même)(mes fesses et mes cuisses aussi).

Je sens des caresses et des coups à l'intérieur de mes entrailles.

Et pourtant, je ne réalise pas que je suis enceinte.

Lorsque mon ventre me gêne dans mes mouvements, pendant une fraction de seconde, je me dis qu'il faut vraiment que je me mette au régime. Et puis je me souviens que non, ce n'est pas un excès de poids, mais un petit être qui prend sa place.
Lorsque je suis essoufflée en montant les escaliers, en marchant un peu vite, en luttant pour habiller le Lutin le matin, je me maudis de ne pas m'être réinscrite au sport. Et puis je me souviens que ce n'est pas un manque d'entrainement ou de cardio, mais toujours ce petit être qui prend sa place.

Six mois qu'il est là et pourtant, je n'arrive ni à réaliser, ni à me projeter.

J'ai encore cette peur viscérale de ne pas mener à terme cette grossesse. Cette peur qui me plonge parfois dans des crises de larmes dont il m'est difficile de sortir. Cette peur qui me fait porter des sous vêtements noirs tellement je crains de les voir souillés de rouge.

Je suis enceinte pour la 7ème fois. Et le Lutin est le seul enfant dont le rire m'arrive aux oreilles.
Ca fait donc beaucoup grossesses non abouties, ayant pris fin parfois simplement dans toilettes ou nécessitant des passages au bloc opératoire.
Ça laisse des traces. Des angoisses.

Très rapidement, on m'a dit de profiter de cette grossesse.
Mais comment ?
Et puis profiter de quoi ? de mes nausées, des vomissements ? du sommeil qui me terrassait 20h/24 ?

Quand passés 4 mois les signes dits sympathiques de grossesse se sont estompés, je ne trouvais toujours pas ce qui était "profitable" : mon ventre ne laissait pas de doute quant au fait qu'un petit habitant avait élu domicile en mon intérieur, mais pour autant, je ne le sentais toujours pas bouger.

Quand ses mouvements, très légers au début, se sont intensifiés, je n'ai même pas réalisé, ne prêtant pas attention à leur survenue. Quand je ne sentais rien, j'étais incapable de dire depuis quand ses mouvements n'avaient pas déformé mon ventre.

A 5 mois, j'ai voulu tenter de prendre contact avec ce petit être, de faire connaissance avec lui à travers ma peau.
De mémoire, pour le Lutin tout s'était passé tellement simplement, avec une telle sérénité. Pourquoi était ce si différent aujourd'hui ?


J'ai voulu prendre le temps de me poser, de tenter de caresser mon ventre et de sentir ses coups. Mais très vite, une boule d'angoisse apparaissait : à quoi bon ? Je ne m'enlevais pas de la tête que cette grossesse, comme les autres, n'aboutirait pas. Que je ne connaitrais pas cet enfant et donc qu'il était inutile de tenter de le découvrir, la chute n'en serait que plus douloureuse le jour où...

J'ai mis un peu de temps à faire le tri de ce que je voulais pour cette grossesse : me préserver au maximum "au cas où.." ou tenter enfin de profiter vraiment, peut importe l'issu.

Il m'a semblé beaucoup plus raisonnable de tenter de profiter.

Je ne voulais pas prendre le risque de passer à côté de Toi, de nos moments d'intimités, ces mêmes moments qui m'avaient procurés beaucoup de plénitude avec ton frère.

Cependant, toute seule dans mon coin, je ne voyais pas comment me sortir de mes pensées négatives.

Alors j'ai demandé conseil à mon gynéco, qui m'a orientée vers une psy spécialisée dans "ces grossesses psychologiquement éprouvantes".

Je n'avais pas la certitude qu'elle saurait m'accompagner pour profiter de Notre grossesse, mais j'avais la certitude de ne pas vouloir passer à côté de toi.



31 commentaires:

  1. ton billet m'a donné les frissons
    <3 <3 <3 <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sophie, il m'a donné des larmes moi ;-)

      Supprimer
  2. <3 Plein de bisous à toi. Et à Cellulos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lui transmets les bisous et toutes les autres paroles que vous avez pu lui dire !

      Supprimer
  3. J'ai des frissons.
    De tout coeur avec toi !
    Amitiés !

    RépondreSupprimer
  4. De gros bisous
    ♡♡♡♡♡♡♡♡♡♡

    RépondreSupprimer
  5. Ma ptite Lily, je te souhaite de trouver plus de sérénité pour ta fin de grossesse et d'arriver à surpasser ses angoisses bien naturelles. J'ai trouvé ton article très touchant. As tu pensé à faire de l'haptonomie pour communiquer avec ton bébé ? Cela t'es rassurerait peut être de pouvoir communiquer avec lui. Si ça t'intéresse on peut en parler et je peux te conseiller quelqu'un sur Dijon. Gros bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ma Flo.
      Oui, on en parlera la semaine prochaine ;-)

      Supprimer
  6. J'ai aussi vécu beaucoup trop de grossesses sans accouchement joyeux. Pour mon petit dernier, j'ai eu peur 38 semaines qu'il ne me touche jamais et puis, il est né. En bonne santé. En attendant que tu tiennes cette vie dans tes mains, je t'envoie tout mon réconfort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup.
      La peur reste mais elle s'est atténuée.
      Je prends confiance en moi et en Lui en attendant de le rencontrer.

      Supprimer
  7. Je comprends tout à fait ce que tu ressens. C'est ma 14e grossesse alors que j'ai deux enfants. C'est très dur de s'attacher quand on a cette peur que tout s'arrête du jour au lendemain. Je ne vais pas te mentir, la peur ne s'en va jamais. Jusqu'au moment de l'accouchement on a peur. Mais bon la peur n'empêche pas de profiter des bons moments. Le principal c'est que tu arrives au terme de ta grossesse et que tu fasses le meilleur des accueils à ton bébé ce dont je ne doute pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense en effet que la peur reste. Mais elle est moins forte...

      Supprimer
  8. Tu as du recul sur tout ça, et c'est ça qui fait ta force. ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma force, je ne sais pas, mais ma certitude de ne pas vouloir passer à côté de cette grossesse et de la savourer, c'est sûr ! :-*

      Supprimer
  9. Un très joli billet avec des mots qui me parlent. Ayant fait une GEU ( avec une belle hémorragie interne, les médecins ne savaient pas s'ils arrivaient à temps pour moi...) avant d'avoir mon fils, j'ai crains toute ma grossesse de le perdre. je savais, je le voyais, j'étais enceinte, mais ma tete s'entetait à ne pas arriver à se convaincre qu'il allait arriver. peur à chaque étape (sera-t-il dans l'uterus cete fois ? Son coeur va-t-il battre ? Son coeur va-t-il continuer de battre? diabète gestationnel...) A 7 mois et demi, j'ai du etre suivi par le service psy, je faisais enfin le deuil de ma GEU en acceptant que James allait bien arrivé. A sa naissance, la peur a continué. je n'ai pas dormi pendant des semaines, seulement quand mon mari était là pour le surveiller...Nous espérons lui donner bientot un frere ou une soeur et je suis déjà terrorisé à l'idée que les choses se passent mal... ayant fait une fausse couche en aout dernier et ce n'était pas la seule...

    Courage, tout ira bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est vraiment pas évident d'écarter la peur lorsque les parcours ont été un peu chaotiques.
      Je me rends compte que trouver une personne qui saura nous accompagner n'est pas gage de sérénité, mais c'est une étape pour soulager et apprendre à gérer nos angoisses.
      Je te souhaite de bientôt agrandir votre famille !

      Supprimer
  10. Tu as déjà fait un grand pas pour pouvoir profiter de ta grossesse, de lui <3
    Je te souhaite pleins de bons moments encore
    Des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marianne !
      Je commence à avoir de jolis moments de sérénité ;-)
      Grâce à toi, à vous et votre soutien. Merci

      Supprimer
  11. Pouvoir l'écrire est déjà un pas énorme... Cellulos sera bientôt là pour te rappeler à la réalité: beaucoup d'amour, très peu de sommeil!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça passe vite, très vite ! (il n'y a qu'à voir le temps que je mets à te répondre !)

      Supprimer
  12. Un très joli billet, émouvant, et qui m'a fait beaucoup de bien.
    Je me sens moins seule.
    Courage et bonne fin de grossesse et un beau bébé en bonne santé
    Claire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Claire de ton message.
      Je suis désolée de lire que nous sommes finalement nombreux à connaitre des durs moments...
      A bientôt

      Supprimer
  13. Je connais un peu aussi cette peur, de vouloir se preserver au cas ou... Au cas ou ce bebe ne rentrerait jamais avec nous apres notre sejour en maternité. Mais a quoi bon car si malheur arrivait cela nelevera pas que ce bebe au fond de nous on laime deja. Alors oui profites comme tu le peux a ta facon, il.ny a pas de meilleur facon non.
    Et de voir un psy je lai aussi fait et cela ma aussi un peu allégé mes angoisses
    <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le psy aide beaucoup et permet de bien avancer.
      Comme tu dis, ce bébé, on l'aime déjà. et on l'aime fort !

      Supprimer
  14. Tes peurs sont tout à fait compréhensibles! Moi aussi j'ai eu l'impression de survoler ma 2ème grossesse (la 4ème si on compte FC et GEU) venue "normalement" contrairement à Ptit Chat venu à l'aide de la PMA! En plus quand on a le 1er à s'occuper on se focalise moins. Ta démarche montre que tu es une super maman et je te souhaite une bonne fin de grossesse ♥♥♥

    RépondreSupprimer
  15. Ton texte m'a donné des larmes ! comme il a dû être difficile d'écrire tout ceci mais si tu as pû le faire c'est parce que tu commences à avoir du recul et c'est super ! Je suis de tout coeur avec toi et ton angelot et te souhaite tout le bonheur possible ! bisous

    RépondreSupprimer
  16. Moi aussi j'ai ressenti beaucoup d'émotion à la lecture de ton billet. Je suis du même avis que Flying Mama, le fait de formuler ainsi tes émotions par écrit est un pas énorme. Plein de courage et bravo.

    RépondreSupprimer
  17. BOnsoir,
    l'écho du dernier trimestre passée ce matin, je peux témoigner et comprendre ce que tu as vécu.
    Mon fils a 9ans et après 4 Fc et 2 bébés perdus après le 2ème trimestre, me voilà sur le point d'accueillir un nouveau petit chou!
    Je commence seulement à en parler.J'ai découvert ma grossesse à seulement 16semaines. J'ai caché ma grossesse jusqu'au 5mois et j'en profite maintenant complètement, à 2mois du terme!
    Le diagnostic des médecins avaient été terrible (maladie auto-immune qui ne se guérie pas, pas de traitement, 50à100% de récidive, foetus condamné après le 2ème trimestre...).
    J'ai décidé de "m'allonger sur le divan", de consulter une psychologue avant d'etre enceinte (en fait avant de le savoir!). J'ai pris du recul avec le milieu médical qui n'est pas très "humain". J'ai appris à vivre ma grossesse avec ma tete avant de la vivre avec mon gros ventre... Bref, vive ma Psy!!!
    Bébé a 31semaines maintenant, et il fait tout pour rassurer ses parents! Il bouge tout ce qu'il peut et pèse déjà 1.8kg!!!
    Bon courage, bonne fin de grossesse et merci pour ces jolis mots...
    A mon tour d'en parler sur mon blog, de ces grossesses pas évidentes!
    ( allez -hop- un bisoux meme!)

    RépondreSupprimer
  18. Je suis contente que ta grossesse est aboutie, je ne sais pas si ca se dit mais ton bebe et bien tu l a merite. J espere que maintenant tu profites de ton petit Grabouille.

    RépondreSupprimer

Pour remplir mon sac, c'est par ici !