vendredi 28 décembre 2012

Très bonnes fêtes de fin d'année !

Comme chaque année, ces vacances représentent les fêtes familiales, pendant lesquelles on va courir partout, de maisons en maisons, pour essayer de profiter de nos proches.
Pour nous c'est pas encore le plus compliqué puisque la plupart sont dans un périmètre de France assez restreint (même si cette année, nous n'aurons pas pu voir tout le monde...).
 
Mais il n'empêche qu'entre 2 repas (d'ailleurs, il n'y a pas d'entre 2, on ne sort pas de table)(ou si, on peut sortir de table pour débarrasser et ainsi ramener le plat suivant), entre 2 ouvertures de cadeaux, entre 2 bisous, entre 2 chocolats, entre 2 trajets en voiture, je n'ai pas pris le temps de venir ici.
 
Alors je profite d'une escale entre la Bourgogne et la Bretagne (putain ce que c'est grand la France) pour vous souhaiter de très belles fêtes de fins d'années !
 
Profitez bien de fin 2012, et pour ceux qui comme moi attendent impatiemment 2013, on tient le bon bout !!!
 
Une fois n'est pas coutume, je vous bisoute, à très bientôt !!
 
IMG_20121209_195310.jpg
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 16 décembre 2012

2012, tu t'es donc vengée ?

Il y a peu, j'ai écrit tout le bien que je pensais de toi, année 2012.
Sans méchanceté (enfin un peu quand même), je disais que je ne te regretterai pas, que tu étais désormais l'année la pire pour moi.

Je pensais qu'en écrivant ce post en décembre, tu n'aurais pas le temps de me refaire un coup de trafalgare.

Erreur !

Depuis mercredi, je commençais à nourrir l'espoir fou que finalement, tu ne serais pas si mauvaise, que finalement, un numérobis était en train de s'installer.
Pourquoi étais-je suffisamment folle pour espérer ?
Déjà un retard de mon RDV mensuel est un bon indicateur (bon, mais pas suffisant).
Les douleurs dans la poitrine, beaucoup plus intenses qu'en période "classique".
Cette fatigue aussi, qui m'a fait faire des siestes de 5h et des nuits de 10 (merci Monsieur ours pour m'avoir permis ces temps de sommeil énormes !).
Ces tiraillements dans le bas ventre. Bien différents de ceux que je peux avoir habituellement. Si, si, croyez moi, quand on souffre d'endométriose, les douleurs qu'on ressent sont bien bien intenses et n'ont rien à voir avec les sensations de tiraillement d'un utérus qui se met en forme...

Alors tous ces symptômes mis bout à bout m'ont fait espérer. M'ont presque fait culpabiliser d'avoir été aussi méchante avec toi 2012.

Hier, partagé entre l'envie de rester dans ce flou - la certitude de mon corps, sans la réponse nette d'un test - la raison a pris le dessus (ayant fait une GEU, mon gynéco m'avait expressément demandé de l'appeler dès que je saurais être enceinte afin de s'assurer que cette fois, l'embryon serait bien placé).

Alors hier, la décision fut prise de faire le-dit test ce matin.

Sauf que cette nuit, les tiraillements dans le bas ventre se sont clairement transformés en douleurs caractéristiques... Et au réveil, ce matin la couleur rouge ne laissait plus de place à l'espoir, ni même au doute.

J'ai hésité à faire le test quand même, au début pensant me rassurer et me dire que je ne suis pas folle, j'ai été enceinte, mais je fais de nouveau une fausse couche...
Et puis finalement, je ne sais pas ce qu'il valait mieux comme réponse de test. Qu'en aurais-je fais ?
S'il avait été négatif, ça aurait confirmé que mon corps me trahit, que je ne peux plus lui faire confiance.
S'il avait été positif, ça aurait confirmé une fausse couche... avec toutes les craintes et les doutes que ça engendrerait pour les éventuelles prochaines fois...

Finalement, à quoi m'auraient servi les résultats du test ? A rien, mis à part rajouter du désarrois, des questions inutiles auxquelles je n'aurais pas de réponses...

Mais une chose ce confirme : 2012, tu es une garce. Je te déteste.

Casse toi 2012, viens vite 2013 2





Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 13 décembre 2012

Gourmandises de Noël : les orangettes home made

Je suis gourmande, mais sortie du gâteau au chocolat (éventuellement gâteau au yaourt), je ne sais pas faire grand chose.
 
Et en cette période de Noël, une friandise que je trouve d'actualité, c'est l'orangette. La peau d'orange confite, enrobée de chocolat... hummmmm... Trop bon.
 
Ça m'a pris comme une envie de pisser comme dirait l'autre : un soir, je vois Monsieur Ours éplucher méthodiquement l'orange (pas celle du marchand, celle du Lutin) (c'est bon, tu l'as en tête la chanson ? de rien c'est cadeau).
Je récupère donc la peau d'orange et googlise "recette orangette".
 
Je suis tombée sur une que j'ai trouvé très simple et que j'ai voulu faire dans la foulée.
 
Comme je sais que j'ai des amies (que je ne citerais pas mais que je te donne le lien de leur blog) qui sont pires que moi en cuisine, je vais te t'expliquer comment ne pas foirer tes orangettes !
 
Déjà voilà ce qu'il te faut (pour 4 personnes dit la recette... c'est donc officiel, je mange comme 4):
  • -1 orange
  • - 150 g de sucre semoule
- 100 g de chocolat à cuire
- 75 g de miel
- 20 cl d'eau
 
Bon, jusque là, c'est simple hein ?
 
Maintenant, voilà comment faire :
1- découper la peau de l'orange en lanières (perso mes lanières font environ 3 mm de larges) et les faire blanchir.
 
Ok .
Moi, ce que j'en ai compris, c'est que j'ai mis toutes mas lanières dans l'eau jusqu'à ébullition (et même un peu plus puisque je ne restais pas à côté de la casserole. quand l'eau bouillait, elle avait pris une couleur un peu orange).
Donc tu fais ça 3 fois.
 
2- Puis dans une casserole pas très grande tu mets le sucre, le miel et l'eau (le miel j'ai mesuré 2 bonnes cuillères à soupe et c'était bon)
Tu portes ce mélange à ébullition puis tu mets tes lanières dedans.
La recette dis 25min, c'est à dire quand les lanières deviennent transparentes.
Bon, ben au bout de 40min, elles n'étaient pas transparentes complètement, mais ça a fait l'affaire... Disons que la partie blanche de la peau doit être transparente, pas la partie orange.
 
Tu suis ?
 
Bon, là, j'ai commis ma première erreur : sur la recette il est conseillé de laisser reposer les lanières 30min, sur une grille.
Moi, je les avais disposées sur une assiette. Le soucis c'est que mes lanières n'ont pas suffisamment dégorgées je pense car par la suite (c'est à dire le lendemain), j'ai trouvé que le chocolat n'avait pas assez durci et je pense que c'est à cause de ça...
 
Bon, donc pour faire bien, il faut se munir d'une grille quoi...
 
3 - Ensuite, l'étape du chocolat. A plusieurs reprises il m'est arrivé de faire fondre du chocolat au micro-onde, mais ça ne lui donne pas une texture fluide je trouve. J'ai donc appliquer la technique du bain marie comme le précise la recette.
Dans une casserole remplie d'eau, je pose un bol qui lui contient le chocolat.
Jusque là, tout va bien.
Le chocolat fond tranquillement (et en peu de temps).
 
Le moment où ça s'est compliqué, c'est quand l'eau est entrée en ébullition... En fait, en bouillant le niveau de l'eau est monté et s'est déversé en partie dans mon bol de chocolat. Oups... 2ème erreur donc...
J'ai bien tenté de retirer le bol pour limiter les dégâts, je n'ai réussi qu'à me brûler le bout des doigts... 3ème erreur quoi...
Pensant que le mélange chocolat fondu/eau bouillante ne conviendrait pas pour ma recette, j'ai refait fondre de nouveau 100g de chocolat...
Mais cette fois ci, j'ai pris garde à mettre peu d'eau et laisser au moins 6-8cm entre le niveau de l'eau et le haut de mon bol.
 
4 - enfin, la dernière étape ! (avec tout ça, il est quand même 23h30, je commence à être fatiguée quoi...).
Comme l'explique la recette, j'ai pris un plat sur lequel j'ai déroulé du papier sulfurisé.
A l'aide d'une fourchette j'ai plongé une à une les lanières dans le chocolat encore en train de fondre au bain marie.
C'est un peu long cette étape, et il faut prévoir un grand plat.
Après on laisse reposer toute la (courte) nuit pour déguster le lendemain !!
 
C'est simple comme bonjour.
 
Et le lendemain, c'est super bon !
Juste le chocolat que je trouvais insuffisament durci, mais je pense qu'en égouttant correctement les lanières, ça résoudra mon soucis.
 
Bon ap' les z'amis !
 
orangettes-de-Lil-Mum.jpg 
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 10 décembre 2012

La fin d'une année de 366 jours... Sans rancune ?

Je voulais attendre la fin du mois de décembre pour dresser un bilan de cette fabuleuse exceptionnelle magique merdique déplorable année 2012... Mais bon, décembre, c'est déjà un peu la fin de l'année non ?
(Et puis Marie Grain de sel a déjà ouvert le bal ...) 
 
Alors nous y voilà, à dresser un bilan d'une année qui avait bien commencé, qui s'annonçait pleine de promesses d'un futur heureux.
 
****
 
Déjà je l'ai commencé enceinte, et peut être parce que c'était une nouvelle année, on y croyait. Cette fois-ci, ce petit être en devenir, on en était convaincu, grandirait en moi et nous rejoindrait à la fin de l'été
Bon, ben il grandissait bien. Juste il était pas bien placé ce petit être. Donc le 27 janvier 2012, il a fallu me l'enlever ainsi qu'une trompe.
 
Dur.
 
En 1 mois à peine, je ne la sentais pas si bien cette année 2012 en fait.
 
****
 
En 2011, on avait diagnostiqué une métastase chez mon père... qui a été retirée et les résultats fin 2011 laissaient penser que le cancer était enfin derrière.
En septembre 2012, un coup de fil suffit à me faire comprendre que non...
Bon, ben là, 2012 t'as quand même sérieusement foiré... Une fois de plus. 
 
****
 
En mai, je commençais à sentir une certaine tension dans mon boulot. Effectivement, une restructuration se profile et bim ! me voilà au chômage.
Bon, je t'avouerais que pour ça je ne t'en tiens pas rigueur (enfin pas trop).
Limite au contraire, ça m'a permis de faire un break. De retrouver du temps pour moi, pour mon Lutin, pour ma famille.
Même si de nos jours le chômage fait peur, je suis pour le moment assez sereine quant à l'avenir.
Mais merde quoi ! 2012 tu m'as mise au chômage ! Rien que pour le principe, c'est pas cool ! 
 
****
 
Il y a eu des passages difficiles avec des grosses remises en questions, des envies de tout plaquer, des envies de tout taper, des envies de... de tout casser dirons nous. J'ai pris conscience que des choses que je pensais inacceptables, je les acceptais finalement (oui, que les cons qui ne changent pas d'avis, toussa...).
Peut être pas plus que d'autres années, mais j'ai eu ma dose de sentiments ambivalents.
 
****
 
Mais bon, 2012, tu n'as pas été que déplaisir.
Il y a eu des jolies choses quand même : des très bonnes vacances cet été, un Lutin qui continue de grandir et qui continue de remplir mon coeur, mes yeux, mes oreilles de joie, de bonheur et d'amour (oui, je suis guimauve aussi, mais ce n'est pas grace à toi 2012) ! 
 
 
Pourtant 2012, tu vas t'achever et en toute sincérité, je ne te regretterais pas. Tes chiffres marquent désormais l'existence de ma pire année.
 
Alors adieu 2012, l'année de la Loose.
Viens 2013, je t'espère balèze !
(oui, je suis inspirée aujourd'hui) 

  Casse-toi-2012--viens-vite-2013-2.jpg
Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 8 décembre 2012

Ton téléphone te lâche et ta vie sociale s'effondre

Je ne savais plus trop pourquoi je ne mettais jamais mon téléphone dans la poche arrière de mon pantalon (mis à part pour ne pas cacher mon joli postérieur rebondi).

Donc hier, trouvant cette poche bien pratique, j'y glisse mon smartphone sans-quoi-je-ne-suis-plus-rien et m'en vais m'isoler dans un endroit intime.
En baissant mon pantalon, le "Plouf" entendu me rappelle pourquoi il ne faut JAMAIS mettre son smartphone dans la poche arrière (et non pas seulement pour ne pas cacher mon adorable postérieur qui pourtant avec le poids des années supporterait d'être un peu dissimulé...).

Je repêche immédiatement mon précieux, le démonte pour bien le sécher.

A ce moment là, je suis encore pleine d'espoir : il est à peine mouillé, il va s'en sortir ! J'y crois ! il ne peut pas me lâcher comme ça, pas après 2 ans de bons et loyabux services (allez, je suis prête à oublier la période où j'ai failli le passer par la fenêtre tellement il buggait).

Bien séché, je le remonte et l'allume. Bon déjà, il ne reconnaît pas la carte sim... c'est pas grave, à la 3ème tentative, il me demande mon code pin ! Victoire !!! Mon téléphone est vivant ! Il ne va pas me lâcher !!

Je vais pour naviguer de menu en menu... mais très vite je constate que non, il n'est plus si vaillant... la noyade a laissé des séquelles... A partir de l'écran de veille, je peux entrer dans les menus, mais la touche pour sortir ne fonctionne plus. Je ne peux plus rien faire.

Alors ce matin, très tôt (si tu n'es pas au courant, je t'invite à me suivre sur ma fan page, tu vas voir, ma vie est trépidante...), je navigue de sites en blogs en forum, à la recherche d'une solution miracle...
Et je trouve LA solution miracle. LA recette de grand mère qui tue :

cuisine-riz-telephone.jpg


immerger son téléphone dans un bol de riz pourrait permettre d'absorber l'humidité. Il faut pratiquer l'immersion pendant 24 à 48h...

Depuis j'attends.

Mon ours me prend pour une folle, mon Lutin ne veut plus que je lui prépare à manger et moi, je prie, je supplie le dieu de la téléphonie mobile de rendre l'âme à mon vaillant téléphone sans qui je ne suis plus rien...

Edit : Et bien cette technique, aussi rudimentaire doit elle, a redonné vie à mon téléphone !
( mais les 48 h à attendre m'ont laissé le temps de me renseigner sur un autre qui me semble bien. Donc bien qu'il soit sauvé, il risque quand même de me quitter.)


 Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 3 décembre 2012

Comment Dora l'exploratrice apprend des obscénités aux enfants

Il était dit, avant que le Lutin ne soit en âge de regarder la télé, que Dora ne passerait pas sur mes écrans. De même que tout un tas de dessins animés que je trouvais trop... Neuneu.
 
Ce que je n'aimais pas chez Dora (et n'aime toujours pas) ? Plein de choses en fait.
L'idée d'apprendre l'anglais peut être sympa, mais encore faut-il que l'accent soit bon. Non parce que l'accent dans Dora, on en parle ou pas ? Et les voix de certains personnages, c'est pas possible quoi.
 
Ce qui m'énerve aussi, c'est ce principe de demander aux enfants de répéter des choses, laisser un blanc puis entendre Dora s'exclamer "Ouiiii ! c'est ça !".
Mais si l'enfant ne dit rien ? ou s'il se trompe ?
Que va lui inspirer ce "Ouiii ! c'est ça !" injustifié ? Je pose la question hein, je n'ai pas la réponse, je ne suis pas psy.
Juste que sur le principe ça me dérange quoi.
 
Donc pour moi, Dora c'était niet.
 
Oui, mais encore une fois, "avant j'avais des principes, maintenant, j'ai un enfant".
Comprendre : Le lutin regarde (et adore !!) Dora l'exploratrice.
 
Donc chaque jour, il a droit à son épisode.
 
Au début où il regardait ce dessin animé, Le lutin restait muet, passif devant les évènements, les chanson, les appels à participer de cette Dora.
Et puis il s'est pris au jeu.
Désormais on peut l'entendre hurler "Carte ! Carte ! Caaaaaaarte" ou "C'est gagné, c'est gagné, we did it Yeahhh!" 
Bref, le Lutin est contaminé.
 
L'autre soir, j'entends le Lutin répéter à plusieurs reprise "Popole ! popole !"
Autant te dire que ça m'a fait un peu bizarre.
Je me rends au salon, et je trouve le Lutin tout excité. En regardant Dora.
 
Debout sur le canapé, il s'écrit "Popole ! Popole !" en pointant du doigts la télé...
 
Ha oui ! Dora demande que les enfants l'aident à retrouver un noeud violet. Purple donc.
 
Et tellement l'accent anglais dans Dora est trop bien, le purple devient Popole.
 
Ha il est beau l'apprentissage de l'anglais par Dora.
 
Parce que le défaut de prononciation ne touche pas seulement le Purple. Mais aussi "Map" pour désigner la carte qui devient "Marc", ou "we did it" qui devient "we dig it"...
 
Nan, vraiment Dora, c'est pas ça...
 
Dora-l-exploratrice-rock.jpg
 
 
Et toi, un dessin animé que tu as en horreur ?
 
 
 
 
Rendez-vous sur Hellocoton !