vendredi 7 septembre 2012

"Où sont les pères ?" Ma réponse

papa-enfant-ecole-donne-la-main.jpg

Cette semaine était marquée par l'évènement tant attendu (ou pas) : la rentrée scolaire !!!

A cette occasion, beaucoup d'articles de blog sur comment la préparer, comment réagir, comment ça s'est passé.

Et puis il y avait aussi cet article. Je n'ai pas trouvé le questionnement que j'attendais sur "Où sont les pères ?", mais une succession de clichés visant à faire le procès des hommes qui sont accusés d'être trop absents dans le quotidien de la vie de famille. Mais je vous invite à le lire, peut être que votre ressenti sera différent du mien...

De façon générale (et je ne parle pas que du sujet abordé dans cet article) je pense qu'il vaut mieux souligner, valoriser et mettre en avant ce vers quoi on veut tendre, plutôt que de pointer du doigt ce qu'il faut changer, ce qui fait défaut. C'est à mon avis plus constructif et le message sera mieux écouté puisqu'en montrant ce qu'on veut, on accompagne dans le changement.

Pour en revenir au sujet de l'article, je le trouve assez injuste.
En travaillant quotidiennement avec des pédiatres, je me faisais justement la remarque que les salles d'attente sont de plus en plus occupées par des hommes (pas que, hein ! la parité n'est pas forcément respectée), les nouveaux nés sont plus bien souvent accompagnés de leurs 2 parents. S'il faut des chiffres, je dirais qu'il y a 1/3 à 2/5 de papas dans les salles d'attente.

En ce qui concerne les abords d'école que je fréquente assidûment depuis mardi, mais devant laquelle je passe tous les jours depuis 4 ans, je ne suis pas d'accord non plus. Je vois certe beaucoup de femmes, mais beaucoup d'hommes aussi. Le jours de la rentrée, autant d'hommes que de femmes accompagnaient leur progéniture. Et depuis, soirs comme matins, j'ai remarqué que 2 parents sur 5 étaient des papas, venant seuls ou en couple (mais très peu) et qu'aussi bien les mamans que les papas se préoccupaient de la journée passée, des activités réalisées... Que c'était un moment de plaisir quoi !
Sur le chemin du retour, j'ai souri en voyant que les groupes de parents qui s'arrêtaient pour discuter étaient formés majoritairement par des hommes !  Ces nouveaux compères (c'est le masculin de commère ? ;-)) qui se racontaient leurs vacances, les progrès de leurs enfants ou autres banalités.
Donc là non plus, je ne trouve pas que les pères se fassent absents (certe nous ne sommes qu'au 3ème jour d'école, mais l'année passée, je les voyais tout autant ces pères lorsque je passais aux heures de sortie ou d'entrée).

Enfin, concernant le quotidien au sein du foyer, je ne suis pas une souris, je ne sais pas comment ça se passe, si Monsieur passe 1 fois sur 2 l'aspirateur, ou étend la lessive, ou fait le repas...
Et j'ai envie de dire : et alors ?
Un couple doit il se baser sur un comptage de points ? sur une répartition égale ?
A chacun son couple, à chacun son fonctionnement. Si c'est madame qui fait plus souvent le repas parce que ça lui plait, si c'est elle qui va chercher les enfants le soir à l'école... pourquoi juger ? Si ce fonctionnement, ce quotidien est choisi et décidé à 2, où est le mal ?

Cette année, ayant arrêté de travailler, je pense que Monsieur Ours accompagnera rarement le Lutin et n'ira pas le chercher le soir parce qu'il travaille tard et que moi j'ai choisi de ne plus bosser (bon, un peu forcée par un licenciement éco, mais j'ai choisi de ne pas rechercher tout de suite) pour profiter de mon fils.

Monsieur Ours a pris un congé parental la première année de vie du Lutin. Il en est ravi, avoir été là pour son fils. Moi je n'ai pas voulu le prendre ce congé pour différentes raisons. Mais maintenant je suis heureuse de pouvoir le faire.

Les gens qui ne verront jamais Monsieur Ours à l'école vont-ils penser que c'est un père qui déserte ses responsabilités ? qui ne s'occupe pas de son enfant ? Peut être que certains le penseront oui, et pourtant c'est loin d'être le cas.
Si je vais faire plus de tâches ménagères que lui ? oui certainement, j'ai le temps pour ça. Je ne ferai pas que ça, non plus. Monsieur Ours sait que je ne suis pas une fée du logis, ni une cuisinière hors paire. Il sait que si pendant cette période où je ne travaille pas je fais plus de taches ménagères (et je ne suis pas sûr que ça soit le cas, on ne compte pas chez nous), il sait que lorsque je reprendrai une activité professionnelle, la répartition changera.

Autant le débat important sur l'égalité de salaires, sur la considération des pères et des mères dans le monde du travail (souvent une femme peut être victime de discriminations à l'embauche parce qu'en tant que maman, on craint qu'elle soit trop absente pour ses enfants, alors que c'est pas (ou tout du moins, mois souvent) le cas pour un homme), la parité. Autant celui sur le quotidien familliale, avec les jugements extérieurs, me semble un faux débat. A chaque famille de trouver son équilibre, sa répartition des tâches.
Si effectivement une femme fait tout à la maison alors que son mari ne participe à rien et ça ne lui convient pas, à elle de règler ça dans son couple, pas à la société.

Et vous ? comment ça se passe le quotidien ? comment avez vous trouvé l'équilibre ? (ou pas d'ailleurs ?)


Lil'Mum, mère au foyer et qui kiffe ! 
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour remplir mon sac, c'est par ici !