vendredi 13 avril 2012

Mon allaitement, mon expérience : à la maison

allaitement    
 
Autant je me souviens très bien des jours à la clinique, autant ceux qui suivent sont plus flous.
 
Je me souviens que j'ai eu un peu de mal au début à m'y retrouver dans les tétées.
Ma belle soeur m'a conseillé de noter dans un petit carnet l'heure, le temps et quel sein donné. Et de faire ça sur plusieurs jours afin de voir si un rythme se mettait en place.
 
C'est simple comme système et ça m'a bien aidé à m'y retrouver et connaitre les besoins de mon Lutin.
 
On a pas eu besoin de continuer avec les compléments de laits. Finallement ça aura duré 2 jours. Mon lait semble bien suffir à mon tout petit.
 
Nous avions prévu d'aller à la PMI pour controler sa prise de poids, mais en cette fin de mois d'Août, les journées sont très chaudes, et je préfère éviter de mettre mon bébé dans une voiture qui s'apparenterait à une fournaise.
Il semble bien se remplir, remplit régulièrement ses couches. Ces éléments suffisent à me rassurer.
 
A force de noter dans mon petit carnet, on semble voir un rythme. Mais bon, c'est pas flagrant non plus. D'autant que Mon Lutin tète parfois 12 fois par jour. Toutes les 2 heures. Le jour ET la nuit. Dire que nous avons été un peu fatigué au début est faible. Très faible.
Il a prit finallement un rythme de croisière de 8-9 tétées par jours. Il se réveille pas mal la nuit, mais désormais, je n'ai plus mal à ma cicatrice et j'arrive à l'allaiter allongée. Ca me permet de bien me reposer aussi.
 
Vers 3 semaines de vie, les bébés connaissent un pic de croissance. Leur besoins alimentaires deveinnent plus important et pour les bébés allaités, ça se traduit par un besoin de téter plus important et plus fréquent.
C'est certe fatiguant, mais nécessaire au tout petit : téter plus fréquement va nous permettre d'avoir une plus grande quantité de lait, en adéquation avec ses besoins.
 
Cette phase dure 2-3 jours. Non prévenue, une maman pourra choisir d'arrêter son allaitement ou de le complèter.
Arrêter serait dommage, il faut se rassurer et se dire que c'est normal : bébé ne semble plus rassasié, mais c'est une étape. Notre corps va s'adapter à cette demande accrue, il faut juste lui laisser le temps.
Complèter est à mon avis à déconseiller car si on complète, notre enfant tètera moins et donc stimulera insuffisament notre production de lait.
 
Ce pic de croissance réapparait vers les 6 semaines de vie de notre Loulou (il y en a vers les 9 semaines aussi, puis les 3, 6 et 9 mois)
Si notre souhait est de continuer à allaiter, il ne faut pas se décourager et garder en tête que c'est tansitoire.
Si on envisage de seuvrer notre bébé ou de mettre en place un allaitement mixte (genre à l'approche de la reprise du boulot), on peut profiter de ce pic de croissance pour introduire les biberons.
 
C'est ce que j'ai fait lors du pic de croissance des 3 mois.  (ça sera l'objet d'un prochain article...)
 
 
 
Je me souviens d'une infirmière qui m'avait dit à la maternité que "même si l'allaitement peut être un peu dur à mettre en place, après c'est que du bonheur".
 
Sur le coup, j'avais eu du mal à la croire, faute aux mamelons en sang, à ma fatigue, à l'état de santé de mon Lutin.
 
Mais à peine 1 semaine après, j'ai constaté qu'elle avait raison !
 
J'adore ces moments calins avec mon fils, ses yeux dans les miens, ses petites mains qui me caressent... J'adore aussi ces moments avec Monsieurs Ours. Calé derrière moi ou à côté de moi, on vit pas mal de tétées à 3.
 
A ceux qui pensent qu'allaiter ne concerne que la maman et exclut le père, sachez que non, ça n'exclut pas le père. Il y a plein de moments à partager avec son bébé (avec ou sans la maman)
 
 
Voici nos façons de faire lors de l'allaitement:
Monsieur Ours assit dans mon dos :
* version "on profite à 3": je me cale contre lui entre ses jambes et il peut soutenir un peu le Lutin (ou au moins m'aider). Il est dans le champ de vision (certe encore flou) de son bébé et donc profiter des échanges de regards intenses.
*version "JE profite" : il se recule un peu de mon dos et peut librement me masser les épaules, et le dos (il n'y a plus d'échange de regards avec son fils, mais ma nuque est très belle, ça compense !)
 
Monsieur ours assis à côté de moi : (pas de version égoiste) il peut caliner son tout petit, profiter de son regard aussi en fonction du côté où Le Lutin téte...
 
Monsieur Ours faisait aussi faire son rot à son fils, lui changeait sa couche (certains voient ça comme une corvée, mais le change peut être aussi un super moment d'échange, de calins, de massage...), lui donner le bain, allait se promener. Ou aussi faisait la sieste avec son tout petit.
 
 
 
Et chez vous, comment le papa vivait l'allaitement ?
 
***Edit***     Le mot du Papa.
 
Monsieur Ours est passé par là :
 
Tu oublies aussi la version où je profite visuellement de la beauté offerte par le spectacle d'une mère allaitant son enfant.
C'est quand même magnifique d'imaginer que tout ce dont mon fils a besoin comme apport pour grandir et se renforcer, provient du corps même de sa maman.

C'est une image que je garderai toujours en mémoire.    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour remplir mon sac, c'est par ici !