vendredi 30 mars 2012

Mon allaitement, mon expérience : J4

allaitement
La nuit a été compliquée. Le Lutin a beaucoup pleuré et malgré les mises au sein régulières, il semble affamé.

J'ai de plus en plus mal aux crevasses, je n'arrive même plus à proposer le sein droit tellement il me fait souffrir... d'ailleurs il est en sang.

La technique de la goutte de lait ne suffit pas. Ni le Lansinoh.

J'en peux plus.

Je vais arrêter, c'est trop dur.

L'infirmière de nuit m'apporte des médicaments : l'un pour le fer, l'autre "pour" la montée de lait.
Ha, Isabelle a du faire part de mes difficultés, du coup j'ai le droit à un coup de pouce !

Je prends mes médicaments. A peine avalés, l'infirmière de jour passe prendre ma tension et voit les capsules des médicaments que je viens de prendre.

Temps mort.

"Mais vous ne souhaitez plus allaiter ?"
Re-temps mort:
"Ben... là comme ça je sais  pas trop... mais si. Enfin je crois..."
Ah.
Comment-ça "ha"?
Elle m'explique que le nouveau comprimé que je viens de prendre "pour" la montée de lait est en fait contre.
OK.

Erreur de langage : en me disant "pour" c'était en fait "pour éviter la montée de lait"
Je galère depuis le début, et on me donne un médicament CONTRE la montée de lait ? Nan mais là c'est trop !

Cette infirmière me rassure. On va bien sur arrêter de prendre ce cachet, et elle m'explique que l'allaitement sera un pu plus long à mettre en place, mais j'y arriverai. Elle a déjà vu des mamans qui au début ne souhaitant pas allaiter ont pris ce médicament mais qui sont revenues sur leur décision. Elle ont pu sans soucis nourrir leur bébés...

Mais moi depuis le début, je veux l'allaiter !!! comment a t'on pu se tromper ?

Je suis à 2 doigts de la crise de nerf je crois...

Monsieur Ours arrive.
ENFIN, j'ai envie de dire... C'est égoïste je sais, il a besoin de se reposer aussi. Mais putain je n'en peux plus !!! J'ai marché toute la nuit pour essayer d'apaiser mon bébé, je supporte plus le tee-shirt sur ma poitrine tellement j'ai mal, je me sens mauvaise mère de ne pas arriver à nourrir mon bébé... Et le coup de massue du comprimé.

On va jamais y arriver, c'est pas possible.
L'univers (ouais, rien que ça) se ligue contre nous.

Isabelle vient nous chercher pour donner le bain au Lutin.
A nous voir elle comprends qu'il y a un truc qui cloche. On lui explique.
Elle nous confirme ce qu'a dit l'infirmière de jour : ça n'empêchera pas l'allaitement.

Je suis contente qu'elle soit encore là aujourd'hui, J'ai l'impression que c'est la seule personne ici qui nous soutient.

On pèse Le Lutin. Son poids est encore plus bas qu'hier... ça devient pas bon.
Il y a en effet un soucis avec l'allaitement qui ne suffit clairement pas à bien nourrir mon bébé.

Isabelle est toujours aussi diplomate, et toujours encline à nous aider dans l'allaitement :
- Peut être que le frein de langue l'empêche de bien téter, il faudra que le pédiatre le coupe.
- Mon fils est faible, a perdu trop de poids : on va le complémenter.

Isabelle nous explique comment procéder : à chaque tété, je donne le sein au Lutin, puis son papa prend le relais en lui donnant un complément pendant que moi je tire mon lait.
Pour le complément on peut soit lui donner un soluté de réhydratation, soit du lait maternisé. Etant donné l'état de mon Lutin, Isabelle nous conseille plutôt le lait maternisé, le SRO permettrait de le réhydrater, mais pas de lui apporter suffisamment d'énergie.

OK, on tente comme ça : sein, lait artificiel en nourette, tire-lait.

A la tétée suivante, le Lutin reste 15 min au sein. Il s'endort très souvent malgré nos stimulations. Monsieur Ours prend le relais : on a la nourette (le petit biberon tout prêt qu'on trouve qu'en maternité). Isabelle nous conseille de ne pas lui donner avec la tétine (ça serait trop "facile" pour mon bébé de boire comme ça et du coup il risquerait de ne plus vouloir faire l'effort de téter), alors on le fait avec une seringue.
Pendant ce temps je suis branchée à mon tire lait double pompe (c'est à dire que mes 2 seins sont stimulés en même temps).

Lutin faut que je t'aime tu sais, parce que là je ressemble bien à une vache : branchée à ma machine, le regard vide tellement je suis fatiguée. J'ai mis un linge sur ma dignité

Bon, je pense que c'est mort pour l'allaitement : au bout de 20 min, rien, RIEN de RIEN BORDEL n'est sorti de mes seins !
J'en peux plus, ça me saoule, je pleure (encore. Ouais je sais je pisserai moins au lit).

Et puis Mon Lutin a bu 30ml à la pipette et il semble serein comme je ne crois pas l'avoir déjà vu !
Ok le message est clair, mon lait ne suffit pas, ne sort même pas de mes seins. La solution est simple, on passe au bib'. J'abandonne, là.

Mon Ours essaie de me rassurer, de me remonter le moral.
Isabelle arrive et m'explique que le but du tire lait dans mon cas, c'est de stimuler ma lactation, pas de sortir des litres de lait. C'est même normal de ne rien recueillir : avec le TL, la stimulation est mécanique alors qu'avec le bébé, il y a tout l'affect qui entre en jeu et qui fait que le lait sort plus facilement.
Elle reste longtemps vers nous, à discuter, à échanger.

Finalement elle me convainc : je vais continuer.

Mais je veux des bouts de seins. J'ai trop mal.
Isabelle n'est pas pour : ça risque d'altérer le ressenti du Lutin qui pourrait avoir plus de mal à bien positionner sa bouche.

Bon ben j'arrête alors. C'est pas possible sans bout de sein.

Isabelle m'en apporte finalement un (elle a bien compris que là il faut transgresser certaines façons de faire).

Ça se passe mieux : Lutin au sein, je l'ai entendu déglutir !!!! Youhou !!!
Et puis j'ai tiré 5ml (OK, je ne vais pas refaire les stocks du lactarium tout de suite, mais putain ! pour moi c'est une sacrée victoire !)

On est confiant (oui je sais, on l'a déjà été plusieurs fois ces derniers jours, mais aller quoi ! Faut être optimiste hein !)
Et puis Le Lutin semble mieux : en une journée, j'ai l'impression qu'il s'est un peu rempli.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour remplir mon sac, c'est par ici !